Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

Le chauffage

 

Les feux

 

Dans les habitations qui comptent une seule pièce au rez-de-chaussée, il n'existe qu'un conduit de cheminée adossé au mur à feu, ou mur de refend, séparant la cuisine de la salle commune.

 

 

 

Le mur à feu, dans la cuisine, concentre tous les foyers de la maison: cuisinière, four à pain, et foyer du poêle de la stub.



Deux groupes d'appareils y aboutissent : la cuisinière, les fours divers et le poêle de la « Stub » dont le chargement et le nettoyage se font depuis la cuisine, sans risque de salir la « belle chambre ». Dans les maisons plus vastes, à deux pièces d'habitation au rez-de-chaussée, il y a deux conduits de cheminée et deux poêles communicant avec la cuisine.

 

Tous les fours de cuisson se trouvent alignés sous une vaste hotte en torchis qui recueille les fumées. Ils sont édifiés en briques réfractaires et fermés par des portillons en fer forgé. La cuisinière constitue l'élément le plus important. Elle se compose d'un vaste parallélépipède de briques maçonnées, recouvert d'un plateau en pierre ou en fonte, percé de trous ronds pour emboîter les plats de cuisson. II faut y ajouter l'ouverture du four à pain, le foyer à cuire la pâtée des animaux et la chaudière à lessive, sur lesquels on pose de vastes cuveaux en fonte.

 

La grand-mère est responsable du bon fonctionnement des feux et de tous les luminaires (lanternes, bougies, lampes à huile) qui sont aussi entreposés dans la cuisine pour éviter tout risque d'incendie dans une maison particulièrement inflammable. Les bougies et lampes à huile servent à éclairer les chambres quand on monte se coucher.

 

Le poêle

 

Le poêle chauffe toute la maison et constitue l'élémermt vital de la « Stub ». En terre vernissée, ou « Kachelofe », il est fabriqué par des artisans poêliers. Sa conception remonte au xve siècle. Au début, il s'agissait d'un dôme en argile piqué de pots en terre cuite, fermés par des carreaux pour augmenter le rayonnement de la chaleur.

 

 

 

Dans le Sudgau, le poêle "Kunscht" comporte un degré sur lequel on peut s'asseoir ou se coucher. Il est garni de carreaux de terre vernissée bruns ou verts à décors rustiques.



Peu à peu ces carreaux prirent une forme carrée et furent décorés de tout un bestiaire fabuleux, puis, au xviie siècle, de symboles religieux et, au XVIIe, de décors néo-classiques. Le poêle en fonte a son origine dans la taque qui, du fond de la cheminée, communiquait la chaleur à la pièce voisine.

 

Puis s'imposa l'idée de réaliser un cube fermé. Les plaques, retenues ensemble par des cornières, furent historiées de scènes bibliques, de motifs héraldiques, de sujets allégoriques ou historiques.

 

Le poêle en fonte rectangulaire (« Platenofe »), ou à tambours (« Tromelofe »), composé de cylindres superposés en forme de pyramide, est répandu surtout dans le nord, près des fonderies de Dietrich. Monumental, abondamment décoré de scènes religieuses ou profanes, il participe du caractère prestigieux de la « Stub ». Ne comportant pas de four il n'est pas utilisé pour cuire les repas. On peut néanmoins maintenir les plats au chaud pendant le service, y mettre le lait à cailler ou des fruits à sécher. Enfin, le poêle est surmonté d'un séchoir à linge composé de barres de bois horizontales, maintenues par des montants fixés au plafond.

 

Les pierres « chauffe-lit »

 

La stub est son alcove constituent le seul espace chauffé de la maison. Les autres chambres sont glacées en hiver et l'on y remédie en chauffant les lits. Dans les milieux aisés, près de la frontière lorraine, on utilise des ustensiles en métal : bassinoires en cuivre, bouillottes en étain ou en cuivre en forme de bouteille, mais aussi cruches en grès de Betschdorf.

 

A la campagne on glisse le plus souvent sous la couette une pierre chauffe-lit ou « Bettstein » en terre réfractaire, ou en terre cuite vernissée. Les plus banales sont rectangulaires, ornées de dessins linéaires en creux et percées de quatre ou six trous symétriques qui permettent de les sortir du four au bout d'un bâton. Les plus riches sont de forme circulaire, percées au centre d'un trou rond et décorées de dessins porte-bonheur disposés en cercle.

 

Dans les familles les moins riches, une ou deux pierres chauffe-lits sont jugées suffisantes. Ailleurs, chaque enfant ayant atteint sa sixième année se voit remettre la sienne. Pour les vieilles femmes souvent veuves, elle reste jusqu'au bout de leur vie le « compagnon de lit » le plus fidèle, lié à leurs souvenirs de jeunesse.

 

Dans les Vosges et les villages éloignés des centres de poterie, on utilise des moyens plus rudimentaires : sachets de toile garnis de noyaux de cerises, galets le long du Rhin, sable dans des bouteilles en grès appelées « moines » dans la plaine de la Hardt et la forêt de Haguenau.



Le mobilier

 

Dans la stub

 

La place de chaque meuble dans la maison n'est pas aléatoire, mais s'intègre dans un ensemble qui correspond à des préoccupations à la fois fonctionnelles et symboliques. Le dispositif de la « Stub » reflète ses multiples utilisations.

D'abord pièce à manger, elle possède une table entourée de sièges et un buffet. La table rectangulaire occupe une position de coin. Elle se distingue par un plateau amovible, maintenu par deux traverses taillées en queue d'aronde et des pieds, droits ou obliques, renforcés par des barres d'entre-jambe. Elle comporte en outre un grand tiroir contenant le pain, et un plus petit pour les couverts.

 

Dans le coin opposé se trouve le buffet en noyer, à deux corps superposés avec panneaux chantournés et corniche galbée. Dans les familles les plus modestes le buffet en sapin est orné de décors polychromes. Les plus belles pièces de vaisselle sont exposées dans la niche intermédiaire. D'autres éléments mobiliers rappellent les habitudes d'hygiène liées aux repas : fontaine, support d'essuie-mains accroché à la porte d'entrée avec son « torchon de parade ».

 

Mais la « Stub » est aussi la pièce de repos de la famille. Le grand-père occupe le fauteuil près du poêle. Les hommes prennent place sur le banc de coin, derrière la table. Les femmes font cercle au centre, assises sur leurs chaises. Celles-ci, en noyer ou en sapin, comportent un dossier plat, chantourné, décoré de motifs sculptés, peints ou marquetés, un siège à plateau de forme trapézoïdale qui repose sur quatre pieds divergents. Offertes au mariage, elles portent en inscription le nom de l'épousée et la date de la cérémonie.

 

La « Stub » constitue enfin une pièce à dormir. Les deux lits nuptiaux se font face dans l'alcôve, près du berceau du dernier-né.

 

Les coffres

 

La plupart des coffres rureaux ou « Tröy », construits en sapin, sont peints de couleurs vives. Les décors les plus courants apparaissent au milieu du XVIIIe siècle. Ils dessinent sur les panneaux de façade un cartouche à coins arrondis, décoré d'un vase fleuri ou d'un losange peint en vert, garni de rinceaux, de rosaces et d'étoiles, sur fond rouge piqueté.

 

Les usages du coffre sont multiples. En tant que meuble-support, il fait office de siège. On l'appelle alors « Sittel » ou « Troybank » (banc-coffre). Construit en bois noble, noyer ou merisier, il est muni d'un couvercle rabattable ou de deux portes ouvrant devant, et possède des accoudoirs et un dossier. En cas de besoin, il devient lit : le coffre d'Alsace Bossue comporte à cet effet, à l'une de ses extrémités, un appuie-tête en bois appelé « coin-oreiller ».

 

 

 

 

(Suite)

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken