Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

OURDISSAGE ET REMETTAGE

 

Un tisserand doit préparer les fils de la chaîne pour qu'ils ne s'emmêlent paset se montent aisément sur le métier ; c'est l'ourdissage.

 .

Ourdissoirs et dévidoirs

Pour éviter d'avoir à parcourir les 30 ou 40 mètres d'une chaîne, on enroule son fil en zigzag sur les chevilles des ourdissoirs et on utilise des dévidoirs. On peut le faire aussi entre deux jeux de trois chevilles sur lesquelles les enroulements se font en forme de 8. On peut voir ci-dessous un dévidoir et l'extrémité d'un ourdissoir avec son jeu de trois chevilles. La disposition de celles-ci pour y placer la chaîne est laissée à l'initiative de chacun.

 

Pour les métiers à main, on pratique l'ourdissage en écheveau. On utilise un ourdissoir comportant deux jeux de trois chevilles séparés par la longueur de la future pièce de tissu, plus un mètre pour le métier, comme disent les artisans. Les fils ne sont pas coupés à cette longueur mais enroulés autour des chevilles jusqu'à ce qu'on ait une largeur voulue de chaîne. On ne sectionne pas les extrémités des enroulements avant d'avoir fixé la chaîne sur le métier. Les fils restent séparés grâce, d'une part, à la forme en 8 que l'on donne aux extrémités des enroulements quand on les place autour des trois chevilles, et, d'autre part, aux liens avec lesquels on les maintient avant de les retirer de l'ourdissoir. C'est à ce stade que l'on enroule avec précaution la chaîne en écheveau pour la conserver sûrement jusqu'à ce qu'on la monte sur le peigne et les lisses du métier le remettage. Il existe différents modes de remettage, le plus courant consistant à commencer par l'ensouple pour finir par l'ensoupleau.

.

Remettage

Les tisserands vous diront qu'ils préfèrent les grands métiers aux petits. L'une des raisons: il est plus facile de s'introduire dans un grand métier pour effectuer le remettage le passage des fils de chaîne dans le peigne et les lisses. Ce tisserand est en train d'effectuer ce travail. On remarque les lisses en ficelles placées devant lui.

 

LA TEINTURE

 

L'invention des colorants synthétiques, au siècle dernier, a habitué les gens aux teintes voyantes, pures et brillantes, mais a faussé leur goût pour ce qui est des tons plus subtils dérivés des teintures naturelles ; l'usage de celles-ci est pourtant séculaire.

De très nombreuses plantes fournissent la matière première des teintures mais cer­taines par exemple la betterave, que l'on pourrait croire excellente sont médiocres : elles colorent simplement la fibre et sont vite délavées. Le temps et l'expérience apprennent lesquelles donnent des teintures grand teint, qui gardent leur couleur.

C'est le mordant qui est important en teinture, le pont chimique qui unit le colorant au tissu. Beaucoup de teintures naturelles ont besoin d'un mordant; c'est habituellement du vinaigre ou de l'ammoniaque fournie par l'urine des chevaux. On utilise aujourd'hui le chrome, l'étain, le fer, la crème de tartre et l'alun, le mélange des deux derniers étant le plus courant. Le mordant peut déterminer la couleur finale de la teinture, le chrome la rendant plus éclatante et plus pure, et le fer plus pale ou terne.

Le mordançage d'une fibre est simple. On dissout 120 grammes d'alun et 30 grammes de crème de tartre dans un peu d'eau chaude, et on verse le tout dans 18 litres d'eau presque bouillante; moins elle bout, mieux cela vaut. On y plonge la fibre bien lavée, environ 500 grammes chaque fois, et on la laisse bouillir doucement pendant une heure. Puis on l'enlève et on la presse pour la sécher. S'il s'agit de laine, il ne faut ni la tordre ni l'essorer, sinon elle tourne en feu­tre. D'autre part, si la fibre est gluante, elle révèle un excès d'alun il faudra en mettre moins la prochaine fois. Il vaut mieux effectuer deux mordançages, un avant et l'autre après la teinture, pour être sûr que le colorant tiendra.

.

Matières premières de teinture

La nature peut fournir toutes les couleurs de teinture que l'on veut. Le pissenlit donne le magenta; l'oseille, le brun foncé; le sureau, le bleu; le genêt et la prunelle, la couleur du tan; et le bouleau, un vert délicat.

 

Pour extraire la substance colorante des plantes, il faut les broyer, les déchiqueter, les pulvériser ou généralement les battre ; puis les plonger dans l'eau froide et les y laisser une nuit. On les fait ensuite bouillir doucement environ une heure avant de verser le tout dans une cuve à teinture avec 18 litres d'eau douce. Si l'on doit teindre des toisons, il est bon de placer les plantes dans un sac en mousseline, mais ce n'est pas nécessaire pour les écheveaux de laine. Quant aux quantités, 1 kg de plantes doit suffire amplement, mais il est plus difficile d'obtenir une teinture trop forte qu'une trop faible. Quand la teinture est sur le point de bouillir, on y plonge les fibres ; toutes à t la fois si l'on veut qu'elles aient la même couleur. On les laisse bouillir doucement encore une heure il est toutefois recommandé de vérifier si la couleur ne s'altère pas. Il ne reste plus qu'à les enlever, les rincer et les pendre pour qu'elles sèchent.

 

 

LES MATIERES PREMIERES UTILISEES

 

LA LAINE

 

Choix de la laine

Le fileur doit choisir sa laine avec soin. Il existe un nombre infini de races de moutons et chacune a une laine particulière. Ainsi, ceux qu'on appelle persans, répandus en Afrique et en Asie, n'ont pas de laine du tout, seulement un poil raide comme celui d'un chien et impossible à filer. La meilleure laine est celle des' mérinos mais il faut dire que ses brins courts la rendent difficile à filer à la main. Le brin (la longueur d'une fibre) est un important critère pour évaluer la capacité d'une laine à être filée et tissée.

 

La frisure

La laine possède toutes sortes de qualités. Parmi elles, la frisure a une grande importance : elle donne son élasticité à la laine. Il s'agit des ondulations que forme chaque petit brin de la toison ; certaines races ont une laine beaucoup plus frisée que d'autres. Il vaut mieux que la laine à tricoter soit frisée.

 

Préparation de la toison

Les fermiers vendent la laine lavée ou sale. Pour fournir de la laine lavée, on jette simplement les moutons dans une mare ou une rivière quelques jours avant de les tondre. De nombreux villages d'Angleterre comme Washbrook — ruisseau de lavage — ou Sheep Wash — lavage des moutons — doivent leur nom à cette pratique. La laine lavée se vend plus cher mais pèse moins lourd et la différence de prix ne compense ni la perte de poids ni le travail supplémentaire ; c'est pourquoi les fermiers commerçants ne lavent plus la laine aujourd'hui. Pourtant, les fileurs à la main le font car la laine lavée est plus facile et plus agréable à manipuler.

.

 

 

Tonte

La tonte à l'aide de forces est un métier disparu. C'est un travail très dur mais qui donne beaucoup de satisfaction quand on en a acquis la maîtrise. Une bonne tonte n'est pas traumatisante pour le mouton et, sans le bruit de la tondeuse électrique ni l'activité frénétique d'un hangar de tonte, l'opération peut se dérouler aussi paisiblement qu'il le parait sur la photo ci-contre.

 

Quand on a ôté la toison du dos des moutons avec des forces ou une tondeuse électrique, peu importe il est temps de la filer.

 

De la laine au fil

Si l'on entre dans une filature — usine qui transforme la toison en fil — on peut être déconcerté par la complexité de ses installations. La toison brute est dégraissée dans de grandes machines, séchée puis déchiquetée dans ce que les fileurs grecs appellent un likos, ou loup (il broie d'une façon très proche de celle du loup), avant de passer à la cardeuse. Celle-ci comporte un grand nombre de tambours recouverts de fines brosses métalliques, les cardes, qui tournent à des vitesses différentes pour que les petites pointes des brosses dispersent les fibres de la toison. Les fibres démêlées et pelucheuses sont placées dans la peigneuse qui les saisit et les réunit en longs rubans continus pouvant avoir des épaisseurs variées, la moyenne étant celle d'un crayon.

Les rubans, se déplaçant lentement, sont directement dirigés vers le métier à filer, lequel remplace le rouet d'antan; dans les filatures modernes, il est équipé de nombreux envidoirs. La laine sort du métier métamorphosée en fil prêt pour le tissage. Si tout cela paraît compliqué, il ne faut pas oublier que, même dans une très petite filature, la totalité des machines s'étend sur une longueur de 20 à 30 mètres dont chaque centimètre est utilisé pour traiter la laine.

 

Cardage à la main

Habituellement, le fileur à la main carde d'abord la laine. Les cardes à main sont de petits outils munis d'un manche et couverts sur une face d'un tissu métallique flexible contenant de nombreuses petites pointes recourbées appelé habillage de la carde. Je ne sais ni comment le faire ni comment il est fait, mais si je ne pouvais en acheter j'aurais recours à une cardère. Cette plante — dipsacus fullonum, pour lui donner son nom savant — est un chardon à tête épineuse qui pousse presque partout en Europe, en Afrique du Nord et en Amérique du Nord. La tête de la cardère est la plus ancienne carde et sert encore à peigner le drap dans l'industrie, c'est-à-dire le gratter pour le rendre pelucheux ; on les monte dans un cadre sur les machines.

Autrefois, pour carder la laine, les fileurs fixaient quelques-unes de ces têtes sur une poignée ressemblant à celle des cardes modernes.

 

 

 

 

 (Page suivante)

 

 

 

 

 

 

 

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken