Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

Confection du panneau 

 

A ce stade, le sellier a terminé ce qu'on peut appeler le haut de la selle ; il lui reste à faire la partie inférieure, le panneau, qui est en contact avec le cheval.

 

Avec ses onze éléments de cuir et de toile, le panneau est encore plus compliqué, s'il est possible, que la partie supérieure de la selle. Il s'agit essentiellement de deux feuilles de cuir cousues ensemble, bourrées de laine et fixées sous le bois de la selle pour servir de coussin entre celui-ci et le cheval, exactement comme la partie supérieure est un coussin placé entre le bois et le cavalier.

 

Quand le panneau est terminé, on introduit les pointes (les extrémités du pommeau prolongées par des pans de cuir) dans des pochettes en cuir qu'on y a cousues et on le lace sur le siège.

 

Il est impensable que quiconque puisse concevoir d'emblée une selle moderne sans les milliers d'années d'expérience qui l'ont modelée. Il y a tant de sortes différentes de selles , du bât d'âne, qui fait encore partie de la vie quotidienne des régions les moins industrialisées du monde, aux selles de l'ouest des États-Unis surabondamment ouvragées, faites pour chevaucher durant des jours.

 

Les outils du sellier-bourrelier et leur usage

.

Le maniement de chaque outil de bourrellerie est très particulier. On a représenté ci-dessus quelques-uns de ceux utilisés pour la confection des harnais, des selles et des colliers, les trois spécialités que recouvre la bourrellerie. On pose le pied de la pince à coudre sur le sol et l'on serre ses mâchoires avec les genoux. Il est ainsi possible de maintenir un ouvrage en ayant les deux mains libres pour percer le cuir avec l'alêne et le coudre avec les aiguilles. On utilise une pince de blanchisseur en guise de pince à coudre, mais ce n'est qu'un pis-aller.

 

Quand l'ouvrage y est serré, on coud habituellement avec deux aiguilles à la fois. On passe toute la longueur du fil dans le premier trou de la couture à faire, puis, avec une aiguille enfilée aux deux extrémités de cette longueur de fil, on attrape à travers chaque trou la partie qui est de l'autre côté du cuir et on fait une demi-clef. La couture ne peut pas se défaire, même si le fil est coupé ou cassé.

 

La plupart des autres outils peuvent se diviser entre ceux de coupe (poinçons et couteaux) et ceux de marquage (rainettes et griffes). La rainette est habituellement chauffée avant usage. On utilise la grande rainette à épaule pour les cuirs épais en pesant avec l'épaule sur la poignée. La paumelle est une sorte de dé; placée dans la paume de la main, sa surface bosselée arrête les aiguilles qui glissent.

 

On empoigne le pilon pour compresser la matière des parties rembourrées de la selle. La pince à tendre sert à étirer le cuir sur un bord. On utilise l'excroissance de la mâchoire comme un appui de levier quand on tend la toile à sangle pour la clouer sur le bois de selle.

 

 

Confection d’un harnais

 

Je suis persuadé que le premier individu qui ima­gina d'employer une autre créature que sa femme pour tirer un chariot a dû concevoir un système ressemblant à notre moderne bricole. L'animal tire avec son poitrail appuyé sur une large plaque de cuir rembourrée qui agit très efficacement pourvu qu'elle ne soit placée ni trop haut ni trop bas. Mais quand il fallut tirer de lourdes charges ou de grosses charrues sur un sol difficile, on a constaté que cette bricole gênait la respiration de l'animal et on a utilisé le collier. Cependant, un cheval ne peut retenir le véhicule à roues qu'il traîne, même si celui-ci a des freins, sans les brancards qui maintiennent la voiture à distance convenable.

 

Harnais pour collier et brancards

 

Il faut une large sellette rembourrée qui supporte le poids des brancards (sans doute aussi une part de la charge du véhicule quand il n'a que deux roues et pèse sur l'avant). Une sangle autour du ventre maintient les brancards abaissés si l'arrière de la voiture est trop lourd. Pour empêcher le véhicule d'aller plus vite que le cheval, il faut entourer cuisses d'une large courroie, l'avaloire. Des chaînes ou des courroies relient tous accessoires aux ferrures des brancards. Enfin, pour éviter que tout ce harnachement ne glisse vers l'encolure du cheval, on ajoute une croupière. C'est une courroie comportant une ouverture dans laquelle on passe la queue de l'animal. Il est très important que tous les harnais soient parfaitement ajustés sinon le cheval est incommodé et tire mal.

Harnais de trait

Le harnachement représenté ci-dessous est conçu pour tirer des véhicules lourds comme les chariots de ferme. On peut imaginer les brancards de la voiture encadrant les flancs du cheval et reliés par des chaînes de trait à l'avaloire, à la sellette, à la sous-ventrière et au collier.

 

L'A B C du métier

 

L'artisan découpe le cuir en bandes avec un couteau mécanique qui ressemble à un trusquin de menuisier, mais coupe au lieu de tracer une ligne. Il amincit les bandes avec une fenderie; c'est une lame très coupante vissée horizontalement sur une table. Puis à l'aide d'outils coupants, il abat les arêtes vives des bandes. Celles-ci sont souvent rainetées, c'est-à-dire que le bourrelier trace des lignes décoratives tout près du bord de la courroie avec de petits outils affûtés « les rainettes » qui ont été chauffés au-dessus d'une flamme, pas trop, cependant, pour ne pas roussir le cuir.

 

Le travail le plus délicat en bourrellerie est la couture du cuir. On utilise du fil de lin parce qu'il est extrêmement solide et durable; il est souple et ne coupe pas le cuir. La longueur du fil doit être huit fois celle de la couture. On imprègne ce fil en le passant de la cire d'abeille. Tous les trous des coutures sont tracés avec des griffes avant d'être percés avec une alêne. Quand on veut joindre les deux bouts d'une courroie, on les « dole » avec un demi-rond (ou couteau à pied) afin d'ôter une partie du côté chair du cuir jusqu'à ce que les deux bouts puissent s'ajuster en biseau sans former de surépaisseur dans le harnais, le fini étant ainsi de meilleure qualité.

 

 

Confection de colliers de cheval

 

Quand on" regarde une photo d'un gros cheval tirant une charrue, ou une voiture livrant des barils de bière, la première chose que l'on remarque est l'adaptation parfaite de l'animal à la traction d'une lourde charge. En y regardant de plus près, on constate que c'est le collier rigide qui reçoit l'effort pour le répartir régulièrement, plutôt sur les épaules de la bête que sur son encolure et sa trachée-artère. Cela paraît tout simple, mais le collier est pourtant une invention récente.

 

Chameaux, bœufs et chevaux 

 

C'est autour du VIe siècle de notre ère, en Chine, qu'un chamelier harnacha sa bête avec un collier rigide fixe, et cette invention, adaptée aux chevaux par les Mongols, n'a atteint l'Europe que quelques siècles plus tard.

 

Auparavant, les chevaux portaient des bricoles ou un joug, proche de celui des bœufs, dont la sous-gorge compri­mait leur trachée-artère, ou encore un collier souple qui se resserrait à l'usage. De tels systèmes diminuaient considérablement la capacité de travail du cheval et l'empêchaient de remplacer le bœuf comme principale bête de trait employée dans les fermes. Les Romains avaient même une loi interdisant qu'une paire de chevaux ne tire une charge supérieure à une demi-tonne, ce qu'un cheval de trait moderne peut aisément faire seul.

 

Mais quand les chevaux furent équipés du collier rigide, ils gagnèrent en importance. C'est ce qui permit la révolution agricole du Moyen Âge et favorisa l'essor industriel des XVIIIe et XIXe siècles en libérant les paysans qui purent ainsi rejoindre les fabriques en pleine expansion.

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken