Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

De la peau au cuir 

 

Composition de la peau

La peau est constituée de 3 couches :

  • l'épiderme, qui est en contact avec l'extérieur et qui subit les agressions ;
  • le derme, qui est la couche de cellules vivantes, organisées en un tissu très serré. C'est le lieu de naissance des poils et où sont présentes les terminaisons nerveuses ;
  • l'hypoderme, c'est une couche de cellules graisseuses, c'est un tissu lâche, et qui est directement en contact avec les muscles.

 

Salage et dessalage 

Les peaux fraîches vont être salées afin d'être conservées. Le salage a pour but d'éliminer l'eau des tissus et ainsi de ralentir le développement des micro-organismes présents et leur action de putréfaction. Du sel de mine grossier de granulométrie de 2 à 3 mm de diamètre est utilisé auquel des agents antiseptiques peuvent être additionnés. Lors du salage, les peaux peuvent perdre jusqu'à 10 % de leur poids en eau. Les peaux sont empilées de façon à faciliter l'écoulement de la saumure dans un local avec une humidité relative de 70 % à 90 %. La température est maintenue aux alentours de 10 °C pour améliorer la conservation des peaux.

Au bout de quinze jours, les peaux sont dessalées, examinées une à une et triées en fonction de leur épaisseur, du nombre de défauts de dépouille, de la présence de cicatrices ou encore en fonction de leur poids et de leur surface.

 

« Travail de rivière » 

Une fois la peau arrivée à la tannerie, elle subit le « travail de rivière » qui est une succession de cinq opérations :

  • le trempage (ou reverdissage) : la peau est réhumidifiée pour retirer les impuretés et les souillures ;
  • le pelanage : cette opération consiste au retrait chimique des poils grâce au pelains ;
  • l'écharnage : à cette étape, on retire le tissu sous-cutané mécaniquement ;
  • le confitage : les résidus de tissu sous-cutané sont éliminés ;
  • le picklage : à ce stade, la peau est putrescible, pour la préparer à l'étape suivante et pour la conserver, elle est acidifiée et salée pour lui retirer de l'eau.

 

Tannage 

Le tannage est l'opération qui consiste à transformer la peau en cuir grâce à des tanins, substances de différentes natures (végétale, minérale comme les sels de chrome, organique) qui permettent de passer d'une peau putrescible, sensible à l'eau chaude et très hydratée à une matière imputrescible, résistante à l'eau chaude et peu hydratée.

 

 Corroyage finissage

Le cuir obtenu va subir les traitements nécessaires à sa commercialisation, il subit l'essorage pour lui supprimer l'eau encore présente, son épaisseur lui est conférée par le dérayage et la mise au vent permet de l'étirer et de corriger les défauts dus aux plis.

 

Finition 

À cette étape, le cuir va acquérir des propriétés spécifiques, notamment sur la texture et son aspect. Ces propriétés permettront d'uniformiser les cuirs issus de la production. Selon les utilisations, on distingue le finissage aniline, semi-aniline et le finissage pigmenté.

Le finissage aniline met en valeur la surface du cuir en le recouvrant d'un produit transparent. C'est un cuir qui a un très bel aspect, mais dont l'entretien demande une attention particulière. Le cuir semi-aniline est couvert d'une couche de pigment légèrement opaque et d'une couche de produit translucide, ce qui permet de cacher de petits défauts. Le cuir pigmenté est recouvert uniquement d'une couche de pigments opaque. Il est facile d'entretien et peu sensible à l'eau.

 

 Utilisations

Cette matière est utilisée dans différents domaines incluant sellerie, maroquinerie, cordonnerie, bourrellerie, fabrication de vêtements, ganterie, gainerie, reliure, sculpture, fabrication de meubles et armurerie.

 

 

 Le Tan

 

Le terme « tan » vient du radical gaulois « tann » qui signifie « chêne ». Le tan est constitué d'écorce de chêne moulue, utilisée dans l'application des méthodes anciennes de tannage végétal.

Le tannage végétal est plus particulièrement appliqué aux cuirs des gros bovins, notamment aux cuirs pour semelles de chaussures.

Jusqu'à la fin du siècle dernier, il était toujours réalisé au moyen de l'écorce de chêne moulue, ou « tan », utilisée sous sa forme naturelle et en macérations dans l'eau froide. Les liqueurs tannantes ainsi obtenues, ou « jusées », sont peu concentrées en tanin, de sorte que le tannage est très lent.

  • Ce tannage, dit tannage lent, s'effectue en trois phases, de concentration tannique croissante :la « basserie »,le « refaisage » et les « fosses ».Dans la dernière phase, les peaux sont empilées entre des couches de tan dans des cuves cylindriques en bois ou « fosses », enterrées dans le sol, et y demeurent 9 à 12 mois.
  • Dans le tannage rapide, on utilise d'autres matières tannantes que l'écorce de chêne, en particulier les bois du quebracho ou du châtaignier sous forme d'extraits concentrés."

 

 

 LE TANNEUR - CORROYEUR

 

 Si l'on écorche un animal et que l'on ne s'occupe pas de la peau, elle deviendra aussi dure qu'une planche, impossible à ployer et inutilisable. Si on la laisse à l'humidité, elle pourrira. Il y a deux moyens d'éviter ces phéno­mènes. Le premier est de faire macérer la peau dans une solution chimique qui transformera ses protéines en un produit stable imputrescible et empêchera la cristallisation qui la durcit. L'autre méthode, celle des Esquimaux, des Indiens d'Amérique et des Bochimans du Kalahari, est de travailler la peau. On m'a dit que les Esquimaudes mâchaient les bottes de leur mari; je ne sais pas si c'est vrai, mais j'ai vu des gens du Kalahari faire des lanières en peau brute.

 

Tannants minéraux et végétaux

 

Aujourd'hui, on tanne presque invariablement en trempant les peaux dans de l'alun de chrome après un saumurage dans une solution acide. C'est le tannage minéral, et c'est ainsi que je prépare les peaux de mouton pour en faire des tapis. Le tannage végétal n'est employé à présent que dans les cas exigeant un cuir de très grande qualité ( exemple, en chirurgie).

On utilisait pour cela l'écorce du chêne que l'on récoltait spécialement en grande quantité, à l'usage des tanneries locales. Au printemps on prélevait l'écorce des chênes avec un dénudeur ôtant d'abord un cylindre d'écorce de l'arbre sur pied, aussi haut qu'on le peut.

On connaît maintenant le processus chimique du tannage végétal ; on sait comment le tannin (acide tannique) de l'écorce chêne s'infiltre très lentement dans la peau, en chasse l'eau en revêtant chaque fibre d'une couche protectrice. Mais ce m'émerveille, c'est que les hommes primitifs avaient découvert que l'écorce de chêne avaient cette propriété.

 

Le tanneur et le corroyeur 

 

 Il fut un temps où les métiers de tanneur et de corroyeur étaient séparés. Le tanneur produisait une peau raide et pauvre en couleur ; le corroyeur la transformait en un cuir souple et poli qui convenait au sellier et aux autres artisans du cuir, en la faisant tremper, en la travaillant, grattant et en la coupant ou en la sciant. Les deux métiers ont été réunis par la suite.

Le tanneur

Le premier travail du tanneur est de laisser tremper les peaux dans une cuve remplie de lait de chaux pendant deux semaines pour détacher les poils, puis pendant une semaine dans un produit peu ragoûtant fait d'excréments. Après quoi, les peaux étaient lavées à fond à grande-eau et écharnées dans l'atelier de chevalage.

Chaque peau était donc étendue sur un chevalet de rivière et grattée soigneusement pour être débarrassée de la graisse, de la chair et de la membrane. On obtenait le tan en laissant tremper pendant quelques jours de l'écorce de chêne finement moulue. La solution était alors pompée plusieurs fois sur de l'écorce fraîche et laissée à reposer. Puis on immergeait les peaux dans des fosses remplies de ce liquide. On disait que les peaux étaient d'abord affamées, puis assoiffées de tan ; c'est pourquoi, pendant les trois premiers mois, elles étaient continuellement ôtées de la solution dans laquelle elles baignaient pour être remises dans de la fraîche. Les peaux étaient ensuite mises en potée pendant six mois dans un tan épais avant d'être pendues pour égoutter, et d'être séchées, ou calandrées, par un vigoureux laminage.

Le corroyage

Le corroyage, du verbe corroyer qui signifie « apprêter, préparer » peut désigner un ensemble d'opérations techniques dans diverses branches de métiers.

Le corroyage du cuir (ou hongroyage), est un ensemble d'opérations de finissage, couramment pratiqué pour la cordonnerie, que l'on obtient en immergeant les peaux dans l'eau, en les foulant avec les pieds pour les assouplir et en les enduisant ensuite d'un corps gras. Ces opérations sont effectuées après le tannage, à l'aide d'outils spéciaux : bigorne, butoir, couteau à revers, demi-rond, drayoire, étire, lunette, marguerite ou paumelle, paroir. Elles affectent les propriétés chimiques et mécaniques du cuir : assouplissement, finissage de surface.

Il impliquait le découpage des peaux en morceaux et le grattage au lissoir, suivis d'un bain dans une solution faite avec des feuilles et des rejets de sumac séchés et pulvérisés. Quand les morceaux étaient à moitié secs, ils étaient dérayés, c'est-à-dire grattés côté chair avec le couteau à dérayer à deux tranchants , couteau que l'on aiguise et dont on tourne les tranchants comme un ébéniste le fait pour ses grattoirs. On étendait ensuite les peaux sur une table pour les glacer avec des lames d'acier. Elles étaient frottées avec de l'huile de foie de morue et du suif du côté de la chair, séchées, dégraissées et elles étaient alors prêtes pour la vente.

 

 

(Suite)

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken