Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

DURABILITE

 

Une roue de bois bien faite dure indéfiniment car elle peut être réparée et recerclée si nécessaire.

L'essentiel du travail d'un charron de village était la réparation, surtout à la saison du labour, des semailles ou de la moisson, quand les fermiers faisaient remettre en état les engins abîmés l'année précédente.

C'était pendant les mois calmes d'hiver que le charron faisait la plupart des roues neuves et exécutait les commandes spéciales comme la fabrication des brouettes. Non pas la déplaisante, quoique efficace, imitation moderne de la brouette, mais la traditionnelle, tout en bois, qui dure une vie et plus.

Parmi les roues, celle de la brouette, petite, avec ses quatre rais, un par élément de jante, a la réputation d'être la plus difficile à faire.

 

 

John SEYMOUR

 

 

 

 

Schéma d’une roue de charriot

 

 

Le coeur d'une lourde roue de chariot, le moyeu, est tourné dans de l'orme bien sec. Sa forme bombée, qui ressemble à un petit tonneau, permet d'y monter deux frettes à chaud. On le fixe sur un cadre pour y tracer les mortaises des rais qui sont alors percées et creusées. On doit utiliser un rai existant pour tracer ces mortaises autour du moyeu. Celles-ci reçoivent les tenons obliques des rais et sont orientées de manière à créer l'écuanteur de la roue. Les rais, en chêne pour résister aux contraintes dues au poids du chargement, ont un pied rectangulaire (le tenon qui s'ajuste dans le moyeu) et une languette ronde (le tenon qui entre dans la jante).

 

 .

 

 

Il y a toujours deux rais sur chaque élément de la jante. Ceux-ci sont en frêne (de préférence du frêne tors), et on les découpe à la scie à ruban en se basant sur un de ces gabarits que l'on peut voir dans tout atelier de charron. On utilise éventuellement un asseau et une plane courbe pour les façonner. Les éléments de la jante sont maintenus solidaires par des chevilles en chêne dur. Les joints biseautés de la roue ne se resserrent complètement que sous la pression du bandage métallique qui est tronconique pour épouser le biseau du contour quand il refroidit et se rétracte lors de l'embatage.

 

Le moyeu est alésé avec précision pour recevoir la botte d'essieu en fonte, qui est introduite de force et fait fonction de coussinet sur la fusée de l'essieu. Quand on veut graisser la fusée, il faut démonter partiellement la roue et pour cela le charron doit ôter une pièce du moyeu pour permettre d'atteindre la goupille qui retient la roue sur la fusée.

 

 

Il est à remarquer que les fusées d'acier qui portent les roues ne sont pas horizontales mais inclinées vers le bas. De ce fait, les roues penchent vers l'extérieur en haut et vers l'intérieur en bas. Les charrons appellent cela

le dévers.

 

Un autre trait caractéristique est que la roue a de l'écuanteur: elle est légèrement conique, le creux tourné vers l'extérieur. Cela compense le dévers de manière que le rai qui travaille (qui, à un moment donné, supporte le poids du chariot) soit plus ou moins vertical ; il ne l'est vraiment que lorsque le chariot contourne une pente et que la roue est soumise à la plus grande contrainte latérale.

 

L'angle formé par le rai et la perpen­diculaire au sol est l'écart. L'effet combiné du dévers et de l'écuanteur assiste les roues dans les mouvements latéraux du chariot, spécialement dans le va-et-vient provoqué par la démarche des bêtes de trait.

 

Autre subtilité, le bandage métallique n'est pas-perpendiculaire aux rais. S'il l'était, il ne roulerait que sur son bord intérieur. Il n'est pas non plus perpendiculaire à une ligne imaginaire tracée entre deux points opposés du contour, car, dans ce cas, il roulerait sur son bord extérieur. C'est le biseau. Ce bandage est, en fait, conçu de manière à former un cône suffisamment précis pour qu'il puisse être en contact avec le sol sur toute sa largeur.

 

Chaque angle de la roue doit être exact et être le même pour toutes les roues du train. Si un angle n'était pas juste, la roue ne tournerait pas correctement et ne résisterait pas aux mauvais traitements.

 

Peut-on supposer que ceux qui ont conçu de telles roues étaient très forts en géométrie ? Assez curieusement, la réponse est non. Je pense qu'il y a encore cent ans, la plupart des charrons ne savaient ni lire ni écrire ; mais ils savaient comment faire une roué. Alors comment celà se fait-il ?

 

L'oeil de l'artisan et la transmission d'un savoir plus que millénaire....

 

 

 

Les outils du charron

 

.

 

 

 

.

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken