Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

Suivait le Conseil de Fabrique et les membres catholiques du conseil municipal. Ces élus ouvraient la procession des hommes, suivi par la congrégation des hommes, le « Maennerverein », avec sa bannière. Ensuite venaient : la confrérie des paysans avec bannière, celle des pêcheurs faisant suite toujours avec leur bannière, elle-même suivie par celle des artisans, cette confrérie n'existant déjà plus à cette époque. Le reste des paroissiens fermait la marche entourant la statue de St Martin sur les épaules de quatre communiants.

 

.

 

 

La congrégation des femmes avec bannière, suivie par le reste des paroissiennes, avec en leur milieu la statue de la vierge à l'enfant, portée par six jeunes filles terminait cette marche religieuse. Tout ce monde priant le chapelet et chantant durant tout le trajet.

 

Cette procession pouvait atteindre une grande longueur, la tête étant à la hauteur de l'hôpital, voire plus loin alors que la fin se formait seulement à la sortie de l'église.

 

A chaque reposoir se faisait une halte avec un chant de la chorale, lecture de l'évangile et bénédiction du St Sacrement. Après que la procession ait rejoint l'église un salut solennel terminait la manifestation, la clique du cercle jouant « Aux Champs » pendant la bénédiction, alors que la musique municipale accompagnée par l'orgue jouait le « Grosser Gott » pour clore l'office.

 

Pendant toute la durée des processions les cloches de l'église sonnaient à toute volée elles ne s'arrêtaient que pendant les arrêts aux reposoirs et définitivement lors de l'entrée des Saints-Sacrements dans l'église. Cette tradition remonte à la fin du moyen-âge..

 

Avant la guerre 39-45 la confrérie du St Rosaire participait activement à cette procession ainsi qu'aux trois autres grandes processions : le premier dimanche de Mai, le dimanche après la Fête-Dieu, le 15 Août (Assomption).

 

Depuis le début du 20ième siècle les reposoirs étaient toujours érigés aux mêmes endroits à part qu'ils barraient les rues du Rhin et la celle du Vieux Marché et le quatrième était placé dans la cour de la ferme Esser.

Une vieille personne m'a indiqué qu'avant la guerre 39-45 des jeunes filles portant des fanions encadraient la Vierge.

 

 

3.  Les rogations

 

Rogation vient du latin « rogatus » qui signifie : « implorer ou demande particulière ». En effet les processions au nombre de trois étaient des appels à la protection divine des cultures, donc des récoltes, qui assuraient la nourriture pour les humains ainsi que celle du bétail. Probablement aussi la bénédiction des animaux domestiques, dont le saint protecteur invoqué était St Wendelin (St Patron de la paroisse de Hipsheim).

 

Les rogations étaient des processions qui se faisaient les lundis, mardi et mercredi avant le jeudi de l'Ascension. C'étaient des processions extérieures effectuant symboliquement le tour des champs du ban de la paroisse. J'ignore leurs origines (famine due à des phénomènes météorologiques, maladies des plantes ou destructions par invasion de nuisibles etc.. ), ainsi que le début de ces implorations. L'abbé Friedel fait remonter cette traditions aux temps anciens. Il cite un démontage de reposoir en 1643.

 

  • Itinéraires empruntés

D' après mon père Joseph Andrès (qui portait le « Kleine Herrefahne » pendant ces trois jours en remplacement de son frère Antoine) et André Fender, dont je tiens également ces renseignements.

 

  • Avant la guerre de 1939-1945 la première procession empruntait le C.D. 288 jusqu-à Osthouse arrivée à la chapelle St Wolfgang, elle prenait le chemin vicinal pour rejoindre le C.D. 1083 (ancienne R.N. 83), et longeant celui-ci en direction de la gare d'Erstein puis revenant par l'avenue de la gare, retourner à l'église paroissiale. A cette époque, rares étaient les constructions le long de cette route vers la gare.
  • Le mardi, la deuxième procession cheminait vers la gare, de là par le C.D. 1083 rejoignait le « Nieder-Straessel » empruntant ce chemin vicinal elle montait jusqu-au Calvaire puis revenait par le « Nieder-Flecke » à l'église St Martin lieu du départ.
  • La procession du mercredi reprenait la direction de la gare mais seulement jusqu'à la hauteur de l'actuelle rue de Limersheim, qui était à l'époque un chemin de terre et s'appelait le « Breitenweg » (reliant l'avenue de la gare au « Nieder-Straessel » en passant par la place d'Alsace qui n'existait pas à l'époque). Elle empruntait ce chemin pour rejoindre le même itinéraire que la précédente.

Une question à se poser est la suivante : est-ce que dans des temps plus anciens cette procession n'empruntait- elle pas un autre itinéraire ?

Ce qui est troublant c'est qu'aucune procession ne couvrait le « Niederfeld », alors que les autres faisaient le tour de l' « Oberfeld » pour la 1ière et le « Mittelfeld » pour la 2ième, la 3ième était beaucoup plus courte et passait carrément par le « Mittelfeld ». Quelle en était la raison ?.

 

Une anecdote que me racontait mon père (il était né en 1896) qui s'est passée autour de 1900. Un certain jour les parcours des processions d'Erstein et Schaeffersheim se rencontraient à la gar. Des invectives et des quolibets furent échangés. Ces attitudes n'étaient guère spirituelles Les itinéraires furent changés de jour afin d'éviter ces affrontements peu chrétiens, ce qui laisse à supposer que ce sont les deux premiers qui ont été interverties.

 

Après la guerre en 1945 ces itinéraires ont été complètement remaniés, pour des raisons que j'ignore. Mais probablement c'était dû à l'industrialisation du bourg, qui a transformé peu à peu la bourgade agricole en cité ouvrière engendrant une participation de la population beaucoup plus aléatoire .

  • C'est à partir de cette période que la procession du lundi remontait toujours vers Osthouse, mais elle faisait demi-tour à la hauteur du « Bildstoecke »actuellement le rond-point.
  • La deuxième allait par l'avenue de la gare jusqu'à la fonderie (actuellement l'hôtel « Crystal ») et revenait sur ses pas.
  • Le troisième jour, la dernière, par la rue de Strasbourg se dirigeait vers Nordhouse , après un km environ sur la route elle faisait demi-tour et rentrait à l'église.

Par mauvais temps ces processions étaient raccourcies et s'il pleuvait trop, elles avaient lieu l'intérieur de l'église.

 

Ces processions ont duré jusque dans les années 1960. Après Vatican II ces manifestations ont été abolies comme certaines autres.

 

  • Déroulement et composition de la procession

C'est après la messe de 6 heures que ces processions sont parties de l'église. Un servant de messe portant une croix et le Suisse ouvraient la marche, il était suivi par les garçons de l'école catholique encadrés par les instituteurs, suivaient les jeunes filles entourées par les sœurs enseignantes. Après celles-ci suivait le petit « Herrefahne » (petite bannière des membres du clergé) précédant les chantres (que des hommes à cette époque) les enfants de chœur et le clergé, en principe le recteur (curé-doyen) et les deux vicaires. A ces processions il n'y avait pas le St-Sacrement donc pas de dais. Venait ensuite la confrérie des paysans avec à sa tête le Feldmeister portant le cierge pascal, accompagné évidemment de la bannière de la corporation Plus tard le cierge pascal a été remplacé par la lanterne (aujourd-hui disparue) de la corporation. Cela certainement pour une question pratique. Le cierge s'éteignait par le vent tandis que la bougie de la lanterne était protégée et de ce fait pouvait éclairer symboliquement les textes, lors de leur lecture dans l'évangéliaire. Les paroissiens complétaient cette marche, fermée par les femmes.

 

Tout au long du parcours on priait le chapelet entrecoupé par les incantations de la litanie des Saints pour implorer leur intercession ; et des chants en l'honneur de la Vierge Marie, car cela se passait généralement au mois de mai. A quatre endroits différents un passage d'évangile était lu (lequel ?), les quatres versions d'une même parabole écrites par chacun des quatre évangélistes.

 

A noter qu'après 1945 le petit « Herre Fahne » ne participait plus, le Suisse ne portait pas la tenue des jours de fêtes, non en culotte rouge mais en pantalon noir avec des rayures argentées sur les coutures.

 

Il faut également signaler la procession de St Marc qui avait lieu le dimanche le plus près du 25 avril, fête du dit Saint. C'est après la grand-messe qu'elle partait de l'église pour emprunter le parcours par le « Breitenweg »

 

L'Abbé Friedel fait état dans sa chronique d'autres anciennes rogations (exemples situés chrologioquement vers la fin de la guerre de 30 ans)

  • 1656  Procession de la Saint Mathieu l'apotre vers Huttenheim
  • 1658, 22 juillet,  Procession vers Huttenheim
  • 1660, 4 juillet,  Procession vers Huttenheim
  • 1663  Procession vers Sand à l'ossuaire
  • 1669  Procession de la Visite à Marie vers Huttenheim ........

Ce témoignage est loin d'être exhaustif et j'invite les érudits à me compléter .

 

Léon Andrès

 

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken