Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

La BUERALAD  des agriculteurs

Un précieux patrimoine

 

Comme présenté précédemment, au Moyen-Age, chaque métier avait sa corporation avec ses statuts particuliers qui fixaient les droits et devoirs de chacun. Elles jouaient un rôle capital dans l'organisa­tion sociale et religieuse du bourg.



Photo Bernard Rohmer

 

Si à Erstein on dénombrait autrefois plusieurs corporations, seule celle des agriculteurs (la plus importante) est restée fidèle à cette tradition. Vieille de plusieurs siècles, elle est symbolisée aujourd'hui par sa «Bürelad ».

 

.

Photo Bernard Rohmer

 

 

S'unissant à la confrérie (plus ancienne), la Corporation des agriculteurs d'Erstein reçut son institution définitive au XVIIe siècle. Ses statuts furent approuvés en 1631. C'est aussi l'époque où naquit cette Bürelad qui n'a rien d'une boîte de Pandore. Ce coffre en chêne foncé joliment travaillé, confectionné en 1751, abrite un patrimoine exceptionnel. La serrure qui le coiffe fonctionne encore comme au premier jour et garde précieusement à l'abri de regards indiscrets des manuscrits dont le plus ancien date de 1631 et qui, depuis, retracent toute l'évolution de l'agriculture à Erstein. Aujourd'hui encore les agriculteurs du bourg demeurent fidèles à cette tradition qui remonte au Xllème ou au Xlllème siècle, l'époque où est née la corporation des agriculteurs ou «Bürezunft» et la «Bürelad». Aux premiers statuts s'ajoutèrent au fil des siècles de nombreux autres documents ainsi que les rapports annuels des Feldmeister successifs.



Forte d’environ 103 membres

 

Actuellement, la Corporation des agriculteurs d'Erstein regroupe cent trois personnes toutes tous de descendance agricole et de religion catholiques (chefs d'exploitation, leurs conjoint et enfants d'Erstein-Krafft) y cotisent à raison de 3 euros par membre. Ils forment à eux tous, la corporation des agriculteurs qui continue celle d'antan et dont les statuts demeurent bien particuliers. Ainsi, jamais d'assemblée générale réunissant tous les membres, mais cependant un comité de six personnes, dont chaque membre de la corporation peut un jour faire partie à condition de l'avoir demandé et de s'être inscrit sur une liste d'attente. Son objectif est de perpétuer la tradition des ancêtres et d'enrichir chaque année la Bürelad par l'apport de nouveaux documents. Un legs aux générations futures.

Le comité se compose de 4 assesseurs, d'un Feldmeister ou maître de corporation, d'un « Bott» (secrétaire). Le Feldmeister a pour mission de conserver précieusement la Bürelad pendant une année à l'issue de laquelle il lui est demandé de rédiger un rapport. Celui-ci traitera bien sûr de l'agriculture (rendements, prix, nouveautés, conditions climatiques), mais évoquera également les principaux évé­nements politiques, sociaux, religieux et autres de l'année. En période électorale, les récits ne sont pas tristes.

Le Feldmeister désigne aussi un nouvel assesseur qui 3 ans plus tard prendra ce titre. Quant au « Bott », choisi par le comité, il se charge de la partie administrative (cotisations et dépenses) et de la conservation des photocopies des documents renfermés dans la Bürelad, assurance contre le vol ou le feu, oblige. Au XVIIème siècle déjà, la Bürelad de l'époque avait brûlé dans un incendie..



Porte-cierge de la confrérie (Photo Bernard Rohmer)

 

Par ailleurs, il veille au maintien de la tradition religieuse ; office à la Saint-Isidore, patron des paysans, messes des 4 saisons pour les défunts membres de la corporation, mise en place des «Zunftstange» (torchères porte cierges) datant de 1773 et qui accompagnaient jadis le défunt membre à sa tombe.

Conformément à la tradition, le comité de la corporation se retrouve au début de chaque année à l'occasion d'un repas offert par le nouveau Feldmeister, le jour de son entrée en fonction. Selon le rite ancestral, la Bürelad lui est apportée dans la soirée. Un long dîner, d'ailleurs. Ne voyez pas ici une orgie gargantuesque, mais la coutume impose au «Feldmeister» de lire son rapport devant la communauté en fin de soirée, à un moment bien précis: aux douze coups de minuit. En attendant l'heure «H», les discussions vont bon train, et lorsque enfin, les deux aiguilles se superposent, le «Feldmeister» se saisit des pages de la rétrospective pour la proclamer devant la petite assistance.

Ainsi, par exemple, le rapport de 2003 parlait déjà de la Corée du Nord et ses armes nucléaires, la neige de janvier, le séisme du grand Est en France, le TGV qui ne sort pas de terre, les suppressions d'emploi, les arbres de la D468, les douze mois de 2003 sont passés au peigne fin par Betty Heym (Feldmeister sortante), qui en fin de discours n'oubliera pas d'introniser Jean Kopff (nouveau Feldmeister) par ces mots: «Je lui remets les clés (de la «Bürelad», ndlr) et le livre pour pérenniser la tradition». En outre le Bott sortant demande une décharge pour sa gestion.

 

«Un schilling si l'herbe est coupée à la faucille»

 

Si actuellement, Feldmeister et Bott jouent au gardien de la Bürelad pour l'un, et de la tradition pour l'autre. Au XVIIe siècle, il dirigeait un bureau qui avait pour tâche de régler le rythme de la corporation et où des tâches précises étaient assignées à chaque membre et qui rythmaient la vie quotidienne paysanne.

Le Feldmeister chapeautait en quelque sorte ce comité. Il contrôlait par exemple le travail de l'assesseur chargé de fermer les portes de la ville après l'angélus, heure après laquelle plus personne n'avait le droit d'être dans les champs sous peine d'être (plutôt) sévèrement puni. Il tranchait les litiges entre les membres de la corporation, notait ceux qui manquaient à la procession, percevait la dîme en nature, départageait les terres en tirant les sillons au début de chaque année, définissait les amendes à verser en cas de dégâts causés à un champ. attribuait les prés communaux, etc...

Le Bott pour sa part remplissait un peu le rôle d'un ancien garde-champêtre assermenté dans la mesure où il gardait les forêts et les champs, évaluait les dégâts, contrôlait les bergers, ordonnait la date de la moisson, faisait sonner la cloche en cas de brouillard. Son rôle ne s'arrêtait pas là. Les membres d'un certain âgé se souviennent encore que jusque dans les années 60, Antoine Hellmann, le Bott d'alors, portait la bannière de la corporation lors des processions de printemps (« Bannprozession») à travers les champs.



.

 

 

 

(Page suivante)

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken