Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

.

WICKRAM Georges (1500-1565)

Auteur et poète

Georges Wickram, fils naturel du stettmeister colmarien Conrad Wickram, né sans doute aux environs de 1500. A partir de 1531, il écrivit et fit représenter à Colmar des pièces de théâtre, fonda en 1546 l'Ecole des Maîtres-chanteurs de Colmar et acheta pour elle un manuscrit précieux de poésies médiévales (aujourd'hui à la bibliothèque de Munich) ; il est surtout connu pour son Rollwagenbüchlein, recueil d'anecdotes à lire en voyage dans les voitures (1555). Pour plusieurs récits romancés, on l'a encore appelé le « père du roman allemand ». Il mourut comme greffier de la petite ville de Burgheim au Kaiserstuhl vers 1565.



WIMPHELING Jacques (1450-1528)

Humaniste

Jacques Wimpheling, est né en 1450 à Sélestat. Après avoir reçu sa formation à l'école de Dringenberg, il continua ses études aux Universités de Fribourg et de Heidelberg où il commença également à enseigner. A partir de 1501 il déploya une grande activité de savant, de publiciste et de pédagogue. Il retourna en Alsace en 1501 et s'établit à Strasbourg. Il y publia un grand nombre de travaux, édita les oeuvres d'auteurs grecs et latins, groupa autour de lui ses amis en une espèce de société littéraire. Ce fut la période la plus féconde de sa vie. Dès le début du siècle, il se trouva engagé dans une dispute véhémente avec Thomas Murner au sujet de sa Germania (1501). Il s'intéressa fortement aux questions d'enseignement ; dans son Adolescentia il exposa ses vues sur un nouvel enseignement, désirant ardemment la création à Strasbourg d'une grande école, comparable à une Université, mais il ne réussit pas. Aimant également l'histoire, il publia une sorte d'histoire de l'Allemagne, Epitome rerum germanicarum. En correspondance avec la plupart des humanistes, il exerça une grande influence sur toute la vie culturelle, on l'appelait Praeceptor Germaniae. En 1515, il quitta Strasbourg et se retira dans sa ville natale Sélestat, continuant à travailler et à publier. Là encore il groupa autour de lui les humanistes et les professeurs de l'école latine dans une « Sodalitas ». Il mourut à Sélestat en 1528.



 

WINTERER Landolin (1832-1911)

Religieux et homme politique

joua le rôle le plus important et fut une personnalité des plus marquantes de la province. Né à Soppe-le-Haut en 1832, il devint prêtre, se soucia surtout de la situation sociale des ouvriers et de l'organisation des catholiques en milieu ouvrier, après avoir reçu la charge de curé de la grande paroisse Saint­Etienne de Mulhouse dès 1871. Elu à la Diète allemande et également au Landesausschuss, il se rangea parmi les protesta­taires, défendit ardemment les droits et libertés alsaciennes, surtout au moment où Bismarck engagea le « Kulturkampf ». Sans relâche, Winterer aidé par ses collègues J.J. Simonis et J. Guerber, fut un lutteur tenace pour l'Eglise et l'école chrétienne en Alsace, s'engagea dans une politique très sociale et travailla par la parole, l'action et la plume pour ses idées. Nommé prélat en 1908, il mourut en 1911.



WINTERHALTER Clément et Philippe (1667-1727)

Sculpteurs

originaires de Kirchzarten près de Fribourg-en-Brisgau, ils réalisè­rent un chef-d'oeuvre remarquable, l'autel de la chapelle Saint‑Sébastien au-dessus de Dambach en 1690-1692.



WOLBERT Joseph Wolbert (1731-1798)

Religieux

originaire de Châtenois (1731), vicaire à la cathédrale de Strasbourg, arrêté et exécuté en été 1794 ; François-Antoine Stackler, curé de Neuve-Eglise dans le Val de Villé, guillotiné en 1795, et Jean Bochelen, né à Illfurth en 1763, qui exerça son périlleux apostolat dans le Sundgau, dans la région de Seppois. Dénoncé, il fut exécuté à Colmar en 1798.



 

WYLER Wiliam (1902-1981)

Metteur en scène

est né le 1er juillet 1902 à Mulhouse. D'origine suisse, il fait ses études à Lausanne puis entre au Conservatoire de Paris où il étudie le violon. A 20 ans, il part pour les Etats-Unis et travaille aux studios Universal, fondés par un cousin de sa mère. En 1925 (il a 23 ans), il devient le plus jeune réalisateur des studios. Trois ans plus tard, il est naturalisé américain. En quelques années, il s'impose comme l'un des plus importants metteurs en scène d'Hollywood, collaborant un temps avec la Warner Bros. avant de rejoindre la Metro Goldwyn Mayer. En 1942, tout en poursuivant sa carrière, il s'engage dans l'armée de l'air avec le grade de major et réalise deux documentaires sur la guerre. Plusieurs de ses films lui vaudront une nomination pour l'Oscar du meilleur réalisateur : Dodsworth (1936), Les Hauts de Hurlevent" (1939), "La lettre" (1939), "La vipère" (1941), "L'héritière" (1949), "Histoire de détective" (1951), "Vacances romaines" (1953), "La loi du Seigneur" (1956) et "L'obsédé" (1965). Il obtiendra trois fois cette récompense, pour "Madame Miniver" (1942), "Les plus belles années de notre vie" (1946) et "Ben-Hur" (1959). Il reçoit également la Palme d'or au Festival de Cannes en 1957 pour "La Loi du Seigneur" Il meurt d'une crise cardiaque le 27 juillet 1981 à Los Angeles. Dans une interview, il avait déclaré (à propos de Mulhouse) "toujours revenir avec plaisir dans son petit patelin". Il fait une courte apparition (sans être crédité au générique) dans trois de ses films dont "Dodsworth" (1936) où il tient le rôle d'un violoniste ! Son perfectionnisme lui valut le surnom de "90-Take Willie" (Willy-les-90-prises). Il a été assistant réalisateur sur "Ben-Hur: a tale of the Christ" en 1927 qui servira de base à son propre "Ben Hur". Avec 11 Oscars, Ben Hur détient toujours le record de cette cérémonie (à égalité avec "Titanic" (1998) et "Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi" (2004).

 

.



 

 

Z

.

.

ZELL Mathias (1477-1548)

Religieux

Matthias Zell, né à Kaysersberg en 1477, fils de vigneron, Recteur de l'Université de Fribourg-en-Brisgau en 1517, curé de la cathédrale de Strasbourg en 1518, se mit à prêcher avec beaucoup de courage dans le sens de la nouvelle doctrine. En 1523, il se maria avec Catherine Schütz qui dans la suite le seconda et l'influença fortement. On peut l'appeler le premier promoteur de la Réforme à Strasbourg, où dès 1524 il dit la messe en allemand et administra les sacrements en cette langue. A la fin de sa vie cependant, il se détourna de la doctrine de Luther pour embrasser les idées de Zwingle. Il mourut en 1548.



ZISLIN Henri (1875-1958)

Journaliste et caricaturiste

véhément, publia des feuilles hebdomadaires anti-allemandes à Mulhouse (Klapperstei 1903, interdit en 1905, Dur's Elsass 1907).



ZIX Benjamin (1772-1812) 

Peintre et dessinateur

né à Strasbourg en 1772, d'un talent original, uniquement dessina­teur, exécuta de nombreux dessins au trait et des eaux-fortes. Sous la direction du général Lejeune il illustra des batailles de l'Empire, des combats, des bivouacs, des scènes militaires, des uniformes, tout pris sur le vif. Il laissa d'autre part des scènes populaires, des vues des Vosges, des châteaux forts. Attaché au quartier général de Napoléon, il mourut à 40 ans, à Pérouse en Italie.



ZORN de BULACH Jean Louis (?- ?)

Militaire

Jean-Louis Zorn de Bulach, soldat expérimenté, défenseur tenace de la petite cité épiscopale de Benfeld contre les Suédois en 1632 qui ne rendit la place que poussé aux dernières extrémités.



 

ZORN de BULACH François Antoine (1826-1890)

Homme politique

né au château d'Osthouse en 1826, conseiller général du Bas-Rhin, chambellan de Napoléon III en 1857, resta en Alsace après 1870, se pliant à la nouvelle situation politique. Animé du désir de rendre service à ses compatriotes, il devint conseiller général en 1879 et membre du Landesausschuss, où il revêtit la fonction de vice-président. Il réclama des réformes agraires et fiscales pour alléger le sort de la population, il se prononça lui aussi pour une autonomie utile du pays. Il mourut en 1890.



 

 

 

ZORN de BULACH François (1858-1925)

Religieux

frère de Hugues, évêque coadjuteur en même temps que vicaire général. Il renonça à son poste d'évèque en 1919 dû à l' opposition du gouvernement français à sa candidature.



 

 

ZORN de BULACH Hugues (1851-1921)

Homme politique

fils de Francois Antoine, également conseiller général et membre du Landesausschuss, devint député au Reichstag (1881-1887, 1890-1898). Il fut nommé sous-secrétaire du ministère d'Al­sace-Lorraine et s'occupa surtout de l'agriculture en tant que président du conseil d'économie rurale pour la province. Ses mérites le firent désigner par l'empereur d'Allemagne conseiller intime avec le titre d'Excellence. Nommé secrétaire d'Etat du ministère (1908-1914), il eut une fonction des plus difficiles, l'obligeant à défendre des mesures prises par le gouvernement allemand contre les hommes politiques alsaciens qui le critiquèrent sévèrement.



 

ZURCHER Amélie (1858-1947)

Industrielle

est née le 27 août 1858 à Bollwiller. Elle fréquente l'école du village jusqu'à l'annexion de 1871, puis est interne dans un pensionnat tenu par des dominicaines à Nancy où elle obtient son baccalauréat. Elle revient en Alsace en 1877 et, à la mort de son père, propriétaire d'une filature, s'occupe de son frère Albert, blessé pendant la guerre de 1870. Elle s'installe avec lui dans sa propriété du Lutzelhof qui recouvrent une grande partie du lieu-d it Ochsenfeld, là-même où Jules César remporta une célèbre victoire sur Arioviste et ses Germains. En 1893, après une terrible sécheresse et consciente de la faible productivité de ses terres, elle décide d'en explorer le sous-sol. A l'origine de cette décision, un rêve prémonitoire : «Une nuit je me réveillai avec la certitude que quelque chose était caché sous nos terres qui devait m'assurer la fortune que la pauvreté du sol me refusait». Il lui faudra plusieurs années pour mener son projet à bien. Sa rencontre avec Joseph Vogt va être déterminante. Celui-ci dirige quatre usines (fonderies de fonte à Soultz, Mulhouse et Masevaux, de cuivre à Niederbrück) et avait fondé la société de sondage "Gute Hoffnung" (Bonne Espérance) spécialisée dans la fabrication de tours de forage à grande profondeur afin de trouver de minéraux pour alimenter ses usines. Avec Jean-Baptiste Grisez, radiesthésiste spécialisé dans la recherche de filons métallifères, ils créent alors la "Société en participation pour la recherche de la houille en Alsace". Mais ce n'est pas de la houille qu'ils vont trouver. C'est le 11 juin 1904 qu'un forage donne un résultat inattendu : un laboratoire strasbourgeois constate que les échantillons prélevés sont "constitués par quelques impuretés (argiles, calcaires dolomitiques et schistes) mêlés à du chlorure de sodium et du chlorure de potassium". Encouragés par ce premier résultat, ils poursuivent leur forage jusqu'à atteindre, le 31 octobre 1904 et à une profondeur 1119 mètres, le filon qui allait être le point de départ de l'exploitation de la potasse en Alsace. La société minière Amélie est créée le 13 juin 1906 et, après de nombreux sondages, le premier puits est foncé le 22 avril 1908. Deux ans plus tard, l'exploitation industrielle de la mine de potasse débute. En 1911, la société Amélie est contrainte de céder ses concession aux Deutsche Kaliwerke. Durant guerre 14-18, la ferme du Lützelhof est transformée en hôpital avant d'être totalement détruite. En 1918, l'Alsace redevient française et les puits sont confisqués par l'Etat avant d'être nationalisés en 1924. Amélie Zuecher est indemnisée et l'exploitation est désormais assurée par les MDPA (Mines Domaniales de Potasse d'Alsace). Amélie Zurcher meurt à Cernay, le 8 juin 1947.



ZURLINDEN Emile-Thomas (1837-1929)

Militaire et homme politique

né à Colmar en 1837, général d'artillerie méritoire, fut fait prisonnier à Metz en 1870, s'évada et lutta encore bravement contre les troupes allemandes. Il devint ministre de la guerre en 1895, gouverneur de Paris en 1898, encore une fois ministre en 1899, mais se retira lors de la révision du procès Dreyfus ; il jouit longtemps de sa retraite et ne décéda qu'en 1929.



(Page suivante)

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

Communiqués

 

 

ooOoo

 

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 aura lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 . Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Déjà

          visiteurs

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken