Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

.

 

STUMPF Pierre-Paul (1822-1890)

Religieux

Il fait ses études secondaires au Collège de Colmar puis au Petit Séminaire de Lachapelle (90). II entre au Grand Séminaire de Strasbourg où il reçoit sa formation théologique, où il fut ordonné prêtre en 1847. D'abord il est surveillant à Lachapelle (1847), ensuite il remplit les fonctions de vicaire a Molsheim (1848), puis a la cathédrale de Strasbourg (1849-1853). En 1854, il est envoyé par ses supérieurs à Rome comme directeur des études au Séminaire français; en 1859, il devient supérieur de ce Séminaire. En 1864, il revient a Strasbourg à la suite d'une demande de Mgr l'Évêque, est de nouveau incardiné au clergé du diocèse et se voit confier la direction du Grand Séminaire. En 1876, il est nommé vicaire général et est spécialement chargé des questions d'enseignement. il s'attache à mettre fin a la situation créée par la fermeture des établissements libres et des petits séminaires À la suite du Kulturkampf. II se révèle habile négociateur et obtient la réouverture progressive desdits établissements et la reconnaissance de certains d'entre eux comme lycées classiques. Le 13 mai 1881, il est nommé évêque de Caesar polis et coadjuteur de Mgr André Raess avec droit de succession. Vu l'état de sante de Mgr Raess, il est nommé, par le Saint-Siège, administrateur du diocèse (1883). Il réorganise l'officialité, crée une série de commissions destinées à seconder l'évêque dans ses tâches administratives. Il fonde le Bulletin ecclésiastique qui parait d'abord en français (1882-1888), puis en allemand. Pour réduire les tensions entre protestants et catholiques, il encourage les catholiques a construire des églises en vue de mettre fin au simultanéum : À cette fin, il crée l'Œuvre des Églises mixtes en 1885. Il invite les ordres religieux a s'installer en Alsace. Il cherche à promouvoir les associations paroissiales et les confréries religieuses qui connaissent un essor prometteur. Il devint le premier protecteur de l'Union Sainte-Cécile qui regroupe les différentes chorales paroissiales. En 1885, il obtient pour le Grand Séminaire Ic statut d'Institut Pontifical, habilité a délivrer les diplômes canoniques du baccalauréat et de la licence en théologie. En 1887, après la mort de Mgr Raess, il devient évêque titulaire de Strasbourg, mais une pénible maladie mine progressivement ses forces et il meurt en 1890.

 

STURM Jean (1507-1589) 

Professeur humaniste

Jean Sturm, originaire de Sleiden près de Cologne, un des esprits les plus éminents de son temps, appelé à Strasbourg par Jacques Sturm de Sturmeck. Né en 1507, il devint, après ses études, professeur à Paris, au Collège de France nouvellement créé. En 1537, il accepta l'invitation des Strasbourgeois, pour prendre la direction du Gymnase projeté et d'y organiser un enseignement supérieur dans l'esprit de l'humanisme et de la Réforme. Il créa neuf classes pour l'enseignement du latin et du grec, puis un cycle d'études supérieures pendant cinq ans avec des cours de théologie, de littérature, de médecine, de droit, de sciences, donc un enseignement universitaire. Rapidement le Gymnase pros­péra, des centaines d'étudiants des pays les plus divers affluèrent ; récole devint une des premières d'Europe. J. Sturm la dirigea comme recteur pendant quarante années. En 1566, l'empereur Maximilien II transforma le Gymnase en Académie (et plus tard, en 1621, l'empereur Ferdinand II en Université). Malheureusement des intrigues religieuses aboutirent en 1581 à la destitution de Jean Sturm ; il mourut pauvre, aveugle à la fin de sa vie, en 1589.



 

STURM de STURMECK Jacques

(1489-1553)

Homme politique et humaniste

Jacques Sturm de Sturmeck (1489-1553). Issu d'une vieille famille patricienne de Strasbourg, doué d'une intelligence supérieure, élève de Wimpheling et lié d'amitié avec Geiler de Kaysersberg, il eut une sérieuse formation humaniste Membre du conseil de la ville et de différents collèges et commissions à partir de 1524, il joua un rôle prédominant dans la direction des affaires municipales, excella comme homme d'Etat et diplomate, comme connaisseur averti des questions les plus diverses, notamment en matière scolaire. Stettmeister à plusieurs reprises et, pendant des dizaines d'années, représentant de Strasbourg à toutes les conférences politiques et religieuses, il se distingua par son talent, d'orateur, par sa politique mesurée et habile, par son idéalisme et la hauteur de ses vues et exerça ainsi une grande autorité morale. Il défendit constamment et avec succès les intérêts de Strasbourg qui se trouva alors à l'apogée de sa puissance. Il acquit encore de grands mérites par la création d'une grande école, désirée par son maître Wimpheling ; celle-ci prit naissance en 1537 pour devenir plus tard l'Université. Jacques Sturm eut également une action déterminante sur le plan religieux, en acceptant les idées de réforme de Martin Luther et en faisant triompher ce mouvement dans sa ville natale.



 

T

.

.

 

 

TAULER Jean (1290-1361)

Religieux

Jean Tauler, de Strasbourg, né vers 1290 et mort en 1361. Condisciple de Jean de Dambach, élève de maître Eckhart de Cologne qui séjourna à Strasbourg de 1312 à 1320, Tauler devint un des plus grands prédicateurs de son époque et un des plus grands mystiques. Il séjourna à Cologne, à Paris, à Bâle, puis revint à Strasbourg. Il y prêcha dans la langue du peuple qui accourait en foule à ses sermons ; par sa piété, son humilité, la chaleur de sa parole il exerça une très forte influence sur la piété populaire et jouissait de la vénération générale.



THUMB Peter (1681-1766)

Architecte

originaire de Bregenz, construisît l'église abbatiale d'Ebersmunster dans toute la splendeur de l'art baroque (entre 1709 et 1727). Il est également à l'origine du clocher d'Erstein.



 

TRAUTMANN Marie (1846-1925)

Professeur de musique et compositrice

nait à Steinseltz (près de Wissembourg) le 17 août 1846. Elle manifeste très tôt d'évidents dons pour la musique et commence le piano à 6 ans. Deux ans plus tard, ses parents l'envoient à poursuivre des études plus approfondies à Stuttgart. Lors d'un petit concert privé (elle a alors 9 ans) elle joue devant Ignaz Moscheles, pianiste réputé, qui lui prédit un grand avenir. En 1856 (elle a 10 ans), sa mère la présente à Henri Herz, professeur de piano au Conservatoire de Paris, qui, impressionné par son talent accepte de la prendre comme élève. En 1862, elle peut enfin entrer au Conservatoire où elle obtient le Premier Prix de piano la même année ! Parallèlement, elle travaille avec le professeur Louis Liebe à Strasbourg. Elle enchaîne aussitôt les tournées, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse... En 1866, elle épouse Alfred Jaëll, lui aussi brillant pianiste, ami de Liszt, Brahms et Saint-Saëns et l'un des premiers pianistes européens à s'être produit aux Etats-Unis. Le couple parcourt toute l'Europe, interprétant tant le grand répertoire classique que les oeuvres de son temps. Mais cette carrière de virtuose, internationalement fêtée, n'empêche pas Marie Jaëll de se livrer à une autre passion : la composition. Elève de Saint-Saëns et Fauré dans ce domaine, elle publie ses premières oeuvres en 1871 avec le soutien de Liszt. En 1887, elle sera l'une des premières femmes admises à la Société des Compositeurs de Paris. Elle laissera plus de 70 compositions : œuvres pour piano, à 4 mains, concertos, œuvres avec chœurs, avec orchestre, mélodies, poème symphonique, musique de chambre et même un opéra inachevé "Runéa". En 1882, son mari meurt. Elle se tourne alors vers l'enseignement et, pour cela, cherche à comprendre le fonctionnement de la main. Elle étudie les sciences à la Sorbonne et travaille avec un physiologiste de renom, Charles Féré, médecin chef à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre à Paris. Elle s'intéresse également au fonctionnement du cerveau et teste le résultat de ses recherches en laboratoire (étude du temps de réaction des doigts à un ordre du cerveau, position des doigts sur les touches...). Elle publie de nombreux ouvrages, dont certains font encore autorité : "La musique et la psychophysiologie" (1896), "Le mécanisme du toucher: l'étude du piano par l'analyse expérimentale de la sensibilité tactile" (1897), "Le Toucher. Enseignement du piano basé sur la physiologie" (1899), "L'intelligence et le rythme dans les mouvements artistiques. L'éducation de la pensée et le mouvement volontaire..." (1904), "Le rythme du regard et la dissociation des doigts" (1906), "Un nouvel état de conscience : la coloration des sensations tactiles" (1910), "La résonance du toucher et la topographie des pulpes" (1912). Elle décède à Paris, le 4 février 1925 à 79 ans.



TWINGER de KOENIGSHOFFEN   Jacques (1346-1420)

Religieux

Jacques Twinger de Koenigshoven, né à Strasbourg en 1346, prêtre en 1382, notaire impérial en 1394, chanoine à Saint-Thomas en 1408. Ayant un goût prononcé pour les études historiques, il rédigea une chronique en allemand, conduite des origines du monde et de l'Antiquité jusqu'en 1415 ; elle reste une des sources principales de l'histoire de l'Alsace et a été souvent imitée. J. Twinger mourut en 1420. Sa chronique fut publiée par les soins de Schilter en 1698.



 

 

 

U

.

 

 

 

 

 

.

 

 

 

V

.

 

 

VOGLER Thomas (?-1534)

Auteur et poète

Thomas Vogler, dit Aucuparius, originaire d'Obernai (né au milieu du XVe siècle, mort en 1532 ou 1534), poète avant tout, auquel l'empereur Maximilien I décerna le titre de poeta laureatus ; Wolfgang Angst, né vers 1488 à Kaysersberg, mort après 1524, qui fit publier à Haguenau les Epistolae obscurorum virorum de Reuchlin (1515) ;



 

.

 

 

W

.

 

 

WADERE Henri (1865-1950)

Sculpteur

également de Colmar, reçut sa formation à l'Académie des Beaux-Arts à Munich, exposa après 1880 à Munich, à Berlin, à Paris (1895) où il reçut les félicitations de Bartholdi et une seconde fois à l'exposition internationale de 1900. Parmi ses oeuvres, marquées par leurs formes classiques, figurent le vigoureux Saint-Georges de Sélestat, la fine et tendre Rosa Mystica de Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, le buste d'une beauté spéciale de Giulia au musée de Strasbourg, le monument de Richard Wagner à Munich, les douze apôtres dans le choeur de Saint-Martin à Colmar.



WAGNER Veit (?-1517) 

Sculpteur

Veit Wagner, est né sans doute à Haguenau, et vécut dans la deuxième moitié du XVe siècle. Bourgeois de Strasbourg en 1495, il avait un atelier dans cette ville. Il créa entre autres vers 1500-1501 le maître-autel de l'église de Saint-Pierre-le-Vieux, l'escalier monumental de la chaire de l'église Saint-Georges de Haguenau, de même que le Mont des Oliviers pour Saint-Thomas, actuellement à la cathédrale. Il mourut aux environs de 1517.

 

WALDNER de FREUDSTEIN Chrétien Dagobert (1712-1783)

Militaire

Chrétien-Dagobert Waldner de Freundstein, né en 1712, fut nommé comte pour ses mérites dans l'armée royale (1748). Il rebâtit magnifiquement le château d'011willer en 1750. Il était colonel propriétaire du régiment Waldner en 1757, maréchal de camp, puis lieutenant-général en 1763 ; il mourut en 1783.



WALTER Joseph

Chanoine et historien de l'art

auteur du catalogue de la célèbre Bibliothèque huma­niste ; il travailla activement à une édition plus complète du Hortus Deliciarum et publia des études approfondies sur la cathédrale de Strasbourg et sur l'histoire de l'art.

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

Communiqués

 

 

ooOoo

 

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 aura lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 . Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Déjà

          visiteurs

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken