Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

.

SCHULTZ Albert (1871-1953)

Sculpteur

lui aussi Strasbourgeois, d'un tempérament plutôt posé, partisan d'un art traditionnel, représentait l'ancienne école, se souciant de la beauté et de l'harmonie. Il créa de nombreux bustes et médaillons ; d'autres
oeuvres connurent un grand succès : le Gaenseliesel (la jeune fille à l'oie) à l'Orangerie (1899), le Génie ailé du monument de Wissembourg, rappelant la bataille de 1870 (1909), en 1913­1914 les quatre saisons à la façade des Magasins Modernes à Strasbourg. A partir de 1919, Schultz enseigna à l'Ecole des Arts décoratifs.



 

SCHURE Edouard (1841-1929)

Ecrivain et historien folkloriste

Dans sa jeunesse, après les années d'études à Strasbourg, il séjourna en Allemagne (1862), fit la connaissance de Richard Wagner (1865) dont l'oeuvre l'influença fortement et apprit à bien connaître la littérature et la philosophie allemandes. Sa première oeuvre importante, L'Histoire du Lied ou La Chanson Populaire en Allemagne (1868) eut un grand retentissement. Peu d'années après, il publia le Drame musical, comprenant Richard Wagner, son oeuvre et son idée (1875), plus tard Les Grandes Légendes de l'Alsace (1884). Son oeuvre maîtresse est Les Grands Initiés, une histoire des religions, rédigée de 1884. à 1889, dans laquelle il décrit en une langue fine et belle les grandes religions du monde et montre l'importance de leurs fondateurs. Le livre d'un puissant souffle de spiritualité à une époque de matérialisme intense provoqua une véritable sensation, connut plus de cent éditions et fut traduit dans toutes les langues. Dans les années suivantes, Ed. Schuré publia : Les Grandes Légendes de France (1891), Sanctuaires d'Orient, Egypte, Grèce, Palestine (1898), le Théâtre de l'Ame avec plusieurs pièces dramatiques (1900­1905), Précurseurs et Révoltés (1904),. Femmes inspiratrices et Poètes annonciateurs (1908), L'évolution divine : du Sphinx au Christ (1912), Les Prophètes de la Renaissance (1920) et finalement Le Rêve d'une vie, confession d'un poète (1928). Schuré vécut à Paris, mais revint souvent en Alsace, à Barr ; il mourut en 1929.



SCHURER Mathias (1470-1519)

Imprimeur

L'imprimerie de Matthias Schürer eut également une bonne renommée. Né à Sélestat vers 1470, il fit ses études à l'école latine de la ville et acquit le grade de docteur-ès-arts à Cracovie. Il se fixa à Strasbourg dont il devint bourgeois en 1502 et ouvrit son imprimerie en 1508. Il publia principalement des auteurs classiques et les écrits des humanistes, avant tout d'Erasme de Rotterdam (70 éditions et 15 ouvrages d'Erasme). A peu près 200 publications sortirent de son imprimerie jusqu'à sa mort en 1519.



 

SCHUTZENBERGER Charles

(1809-1881)

Professeur de médecine

Il entre comme élève à l'Hôpital militaire d'instruction de Strasbourg, mais donne sa démission très rapidement avant d'occuper le poste mis au concours d'aide de clinique à la Faculté de médecine. Il est reçu Docteur en médecine en 1832, professeur agrégé à la Faculté de Strasbourg en 1834, puis chef de clinique en 1835. Il est nommé professeur de « clinique médicale » en 1845.

« Pendant trente-cinq ans [...] , avec un zèle et un courage qui ne se sont jamais démentis, malgré les souffrances causées par une cruelle infirmité, il se donna tout entier à l'enseignement. Chercher de nouvelles méthodes pour mieux connaître ou mieux traiter les maladies, déterminer avec plus de précision les rapports qui peuvent relier entre eux des faits ou des phénomènes morbides incompris ou mal interprétés dans leur isolement, soumettre au contrôle expérimental les théories et les idées pratiques que chaque jour voit éclore, tel est le but qu'il s'était proposé. Rappelons, en quelques mots, ce qu'il a fait pour l'atteindre. Tous les ans notre vénéré maître ouvrait son cours par une de ces allocutions magistrales qui, réunies et imprimées dans un volume intitulé : Fragments de philosophie médicale, résumants aujourd'hui les principes philosophiques et la méthode scientifique dont il ne s'est jamais départi et qu'il aimait à désigner sous e nom de rationalisme expérimental. Tous les matins, il s'appliquait au lit du malade ou dans son laboratoire d'anatomie pathologique, à former à la pratique ou à l'enseignement de la médecine les nombreux et fidèles disciples qui suivaient ses leçons. C'est de sa clinique que sont sortis les premières recherches sur la spirométrie , sur la température dans les maladies, sur la syphilis cérébrale, sur la périostite phlegmoneuse, les premières observations cliniques et diagnostiques faites en France sur l'embolie. C'est sous la direction et la responsabilité du professeur Schützenberger , toujours prêt à accepter et à encourager les nouvelles méthodes thérapeutiques que fut faite la première opération d'ovariotomie (sic) [ovariectomie], et cette première tentative n'a peut-être pas été sans influence sur les beaux travaux et les éclatants succès du docteur Koeberlé. Grâce à la collaboration du professeur Morel, la clinique de Schützenberger a réalisé, l'une des premières en France, l'association journalière des études cliniques et des recherches d'anatomie pathologique et histologique. [...] Lorsque, après avoir en vain lutté pour maintenir à Strasbourg cette faculté alsacienne autonome, dernier souvenir des institutions françaises, Schützenberger fut contraint de renoncer à l'enseignement, il se retira à l'île Jars, mais ce fut pour y continuer de rendre service à ses concitoyens, à tous ses confères, les services les plus éminents et les plus désintéressés, pour se désavouer à l'Association des médecins d'Alsace-Lorraine, à la Société de médecine, à toutes les œuvres inspirées par des idées de progrès et de liberté »



 

SCHUTZENBERGER Georges-Frédéric

(1799-1859)

Professeur de droit

né en 1799, était le fils de Louis. Avocat en 1824, il s'occupa d'une façon intense de l'administration de la ville et devint maire en 1837. Très populaire, il procéda, entre autres, à l'arrangement de l'Orangerie, des Contades et des cimetières. Il devint professeur de droit administratif à la Faculté de droit, conseiller général et député (1842-1845), mais abandonna ses fonctions de maire lors de la Révolution de 1848. Il mourut en 1859.



SCHUTZEBERGER Louis-Frédéric (1825-1903)

Peintre

de la famille des brasseurs, élève de Jean et Gabriel Guérin, était un artiste d'une grande fécondité, peintre de genre, d'histoire, de portraits, de sujets mythologiques, de sujets alsaciens, empreints d'un grand réalisme.



SCHUTZENBERGER Louis Oscar (1866-1943)

Brasseur

le fondateur de l'industrie de la bière à Strasbourg. Schutzenberger était une brasserie indépendante fondée en 1740 et fermée en juin 2006. Elle était basée à Schiltigheim.

1740 la brasserie au 1 rue des Balayeurs, à la Krutenau obtient le titre de Brasserie Royale et devient fournisseur officiel de la cour. Une brasserie aurait déjà existé dès 1715sur le même site. 1766: Jean-Daniel Schutzenberger se marie avec une veuve, propriétaire de cette brasserie. À la Révolution la Brasserie Royale devient la Grande Brasserie de la Patrie. 1866: la Brasserie est déplacée à Schiltigheim dans la périphérie de Strasbourg. 1943 : décès de Louis Oscar Schützenberger (1866-1943). La brasserie passera alors sous le contrôle de Charles Walter qui avait été recruté par Louis Oscar en 1940.



SCHWANDER Rodolphe (1868-1950) 

Avocat et homme politique

Enfant illégitime, né à Colmar en 1868, il commença une carrière modeste à la mairie de Colmar comme secrétaire de l'Office des pauvres qu'il réorganisa de façon fort pratique (jusqu'en 1897). Il fit ensuite dans des conditions matérielles très modestes, des études de droit et d'économie politique à l'Université de Strasbourg et passa avec brio son doctorat (1900). Comme le conseil municipal de Colmar n'adopta pas son projet de transformer le service d'assistance et de bienfaisance, le maire de Strasbourg, Otto Back, l'appela et lui confia la direction des affaires sociales dont il renouvela l'organisation, notamment l'assistance municipale. Schwander participa en outre activement à l'agrandissement de l'hôpital civil. En 1902, il devint adjoint au maire et déploya une activité extrêmement utile. En 1906, quand le maire Back se retira, Schwander lui succéda comme maire de Strasbourg et, pendant douze ans, jusqu'en 1918, dirigea la ville de façon prestigieuse. Il accomplit une profonde réforme de l'habitat, développa des conceptions nouvelles en matière d'urbanisme et eut des initiatives hardies en s'attaquant aux logements insalubres ; il les acquit pour la municipalité, les fit démolir et les remplaça par des construc­tions neuves (rue du 22 novembre actuelle), créa des quartiers nouveaux, érigea la maison des orphelins, de nouvelles écoles, organisa le service de l'électricité, du gaz, des transports publics, mais s'occupa surtout d'une façon heureuse des questions sociales. Ainsi sous la direction de Schwander, Strasbourg connut un beau développement. En octobre 1918, le gouverne­ment impérial allemand lui confia la fonction de Statthalter d'Alsace-Lorraine, mais il était trop tard. Schwander quitta alors Strasbourg et l'Alsace, accepta en 1919 le poste de président (Oberprâsident) du pays de Hesse-Nassau, se retira en I 930 et n'exerça plus aucune activité politique ; il mourut en 1950.

 

SCHWEIGHAUSER Jean (1742-1830)

Helléniste et philosophe

Jean Schweighaeuser , philosophe hors ligneprofesseur de grec à l'Université qui édita les oeuvres d'Hérodote, d'Epictète, les Epîtres de Sénèque et qui acquit une réputation européenne.



 

SCHWEITZER Albert (1875-1965)

Religieux, médecin, historien, écrivain - Prix Nobel de la paix

né en 1875 à Kayserberg, qui passa sa jeunesse à Gunsbach où son père était pasteur. Il fit ses études à Strasbourg, à la Sorbonne de 1898 à 1899 et à Berlin, rédigea en 1899 sa thèse de doctorat sur la philosophie religieuse de Kant (Die Religionsphilosophie Kants). A PariS il étudia l'orgue sous la direction de Ch. Widor et publia quelques années plus tard une monographie sur J. Séb. Bach en français (1905), en allemand (en 1908), de même que les oeuvres de Bach avec Widor (1912-1914). En 1901, il devint maître de conférences à la Faculté de Théologie protestante, de 1903 à 1906 directeur du Séminaire de théologie et vicaire à l'église Saint-Nicolas. Dès ce moment, il publia plusieurs oeuvres de théologie : Das Abendmahlproblem (1901), un peu plus tard Geschichte der Leben Jesu-Forschung (1906), Geschichte der Paulinischen Forschung (1911). Mais il avait pris la résolution de se mettre au service des pauvres et des malheureux. Tout en continuant à faire ses cours, il étudia de 1906 à 1913 la médecine et s'embarqua en cette dernière année pour Lamba­réné (Gabon français) où il fonda un hôpital. Interné pendant la première guerre mondiale par les autorités françaises, il revint à Strasbourg (1917). Là et à Gunsbach il rédigea ses ouvrages importants sur la philosophie de la civilisation, basée sur le respect de la vie : Verfall u. Wiederaufbau der Kultur, Kultur u. Ethik (1923-1924), auxquels il voulait ajouter un troisième volume dont le manuscrit existe. Il fit de nombreuses conféren­ces, particulièrement à Upsala en Suède en 1920, à Copenhague, Prague, Oxford, donna également de nombreux concerts d'orgue, car il était non seulement théologien et philosophe, mais en même temps le grand spécialiste des orgues (Deutsche u. franzôsische Orgelbaukunst u. Orgelkunst, 1906). Son oeuvre essentielle resta cependant son hôpital à Lambaréné qu'il reconstitua après la première guerre mondiale et réinstalla ailleurs pour pouvoir lui donner une extension plus grande. Il passa là-bas la plus grande partie de sa vie, soignant les malades, se faisant en même temps architecte. Dans un travail ininterrompu, il publia encore différents ouvrages : sur sa jeunesse (Aus meiner Kindheit u. Jugendzeit, 1924), sur sa vie en Afrique équatoriale (Zwischen Wasser u. Urwald, Beobach­tungen eines Arztes im Urwald Aequatorialafrikas, 1921, en français « A l'orée de la Forêt vierge »), puis Aus meinem Leben u. Denken (Ma vie et mes pensées, 1931), Les Grands penseurs de l'Inde 1936. Ces oeuvres trouvèrent un écho toujours plus, profond ; la plupart furent traduites en anglais, en scandinave, - certaines en espagnol, en italien, en japonais. Promu officier de la Légion d'honneur, membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, il fit en 1952 à l'Institut de France une communication fort remarquée sur « Le Problème de l'Ethique dans l'évolution de la pensée humaine ». En 1955, il posa encore une fois le problème de la paix (Das Problem des Friedens in der heutigen Welt). Sans discontinuer, Albert Schweitzer lutta contre le mal et la souffrance sous toutes ses formes (également contre la bombe atomique), pour le développement d'une culture meilleure, basée sur une spiritualité profonde. Son action eut un rayonnement exceptionnel, universel et lui valut le Prix Nobel de la Paix. Albert Schweitzer, mort en 1965, reste un des hommes les plus célèbres du XXe siècle et le plus grand Alsacien de notre temps.



 

de SCHWENDI Lazare (1522-1583)

Militaire et auteur

Le baron Lazare de Schwendi, né en 1522 en Wurtemberg. Après ses études à Strasbourg et à Bâle, il se tourna vers la carrière militaire où il se distingua par son courage, sa prudence, son esprit d'honneur et devint général impérial. Il combattit surtout dans les Pays-Bas et en Hongrie contre les Turcs où il conquit la ville de Tokay (1565-1568), d'où la tradition selon laquelle il aurait introduit le cépage du Tokay en Alsace. Après ses campagnes, il acquit la seigneurie de Hohlandsberg, de même que le bailliage impérial de Kaysersberg (1569). Il habita alors au château de Kientzheim, restaura le château de Hohlandsberg et s'occupa intensivement de ses domaines. En avance sur son temps, il écrivit des ouvrages sur la réforme nécessaire de l'Empire ; tolérant, il s'employa à aplanir les oppositions entre catholiques et protestants. Il mourut en 1583 (pierre tombale à l'église de Kientzheim).



 

SCHWILGUE Jean-Baptiste (1776-1856)

Ingénieur, mathématicien et horloger

de Strasbourg, qui développa dès son jeune âge des facultés extraordinaires pour tout ce qui concernait la mécanique. A partir de 1827, il inventa toutes sortes de machines et d'instruments de précision, des balances, des pompes, des presses hydrauliques et surtout des horloges. Sa grande oeuvre à partir de 1837 fut la réparation de l'horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg. Dans un travail dur et tenace de plusieurs années, il renouvela l'ensemble de la mécanique et arriva à faire marcher à nouveau le bel ensemble. A 66 ans, en 1842, il termina la grande besogne qui souleva l'enthousiasme de tous les Strasbourgeois et de tous les Alsaciens. Dans les années suivantes, son atelier fournit des horloges magnifiques dans le monde entier. Schwilgué mourut à Strasbourg, à 80 ans, en 1856.



SEE Léopold (1822-1904)

Militaire

originaire de Bergheim, né en 1822, qui avait également gagné ses galons dans les campagnes de Napoléon III, général de division en 1880, décéda en 1904.



.

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

Communiqués

 

 

ooOoo

 

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 aura lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 . Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Déjà

          visiteurs

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken