Photo Claude HEYM
Photo Claude HEYM
 

 

.

 

DAUBREE Gabriel-Auguste (1814-1896)



Ingénieur des mines et professeur de minéralogie

naquit à Metz . Ingénieur des mines en 1837, il fut nommé professeur de minéralogie à la Faculté des Sciences de Strasbourg, dont il fut une des gloires. On lui doit surtout une Description géologique du département du Bas-Rhin (Strasbourg 1854), une foule de mémoires, rapports, observations, notamment un mémoire sur le gisement du bitume, du lignite et du sel gemme dans le terrain tertiaire de Péchelbronn et de Lobsann (Paris, 1858). Daubrée quitta l'Alsace en 1861 et revêtit de hautes fonctions à. Paris.



 

DASYPODIUS Conrad (1532-1601)

Mathématicien et horloger

Conrad Dasypodius, né à Strasbourg en 1532. Il fit des études de mathématiques dans sa ville natale, à Paris et à Louvain. De retour en 1562, il publia des ouvrages sur les mathématiques. Il résolut de reprendre les plans de restauration de l'horloge astronomique qui ne fonctionnait plus. En 1571, il commença à collaborer avec un jeune horloger Isaac Habrecht, originaire de Schaffhouse, né en 1544, et son jeune frère Josias (né en 1552). Dasypodius s'adjoignit encore le mathématicien David Wolken­stein, originaire de la Silésie, établit le projet et le plan, donna les explications précises et détaillées. Achevée en 1574, cette oeuvre éveilla un enthousiasme général et une admiration universelle et fut considérée comme « une des merveilles du monde ». Dasypo­dius mourut en 1601 comme professeur et Doyen de l'Académie. Isaac Habrecht, nommé horloger de la ville, mourut en 1620.



 

DECK Théodore (1823-1891)

Faïencier

né en 1823 à Guebwiller, a donné un beau développement à son art. Après son apprentis­sage de potier à Strasbourg, il réalisa des plaques de faïence pour poêles en Autriche, à Prague, Budapest, Berlin, Hambourg, Düsseldorf, Paris. En 1860, il s'établit à son compte à Paris, arriva à créer de belles colorations de faïences, ressemblant par leurs tons intenses et leur éclat à celles de l'Orient, surtout en bleu turquoise (bleu de Deck), d'autres magnifiques à fond d'or. Il récolta de grands succès et jouit de la renommée de premier céramiste mondial. Il fut nommé directeur de la manufacture de Sèvres (1887) et mourut à Paris en 1891.

 

de DIEST Guillaume (?-1439)

Religieux

Guillaume de Diest, évêque de 1393 à 1439, de caractère impérieux et très dépensier, acquit une fort mauvaise renommée, dilapida la fortune du diocèse et provoqua de grandes difficultés ; finalement, les chanoines du Grand Chapitre le firent prisonnier et l'enfermèrent. Le litige continua encore pendant des années. Ce fut un épiscopat désastreux.

 

 

DIETRICH Dominique (1620-1694)

Homme politique

L'ammestre de Strasbourg, Dominique Dietrich encourut la disgrâce du Roi-Soleil à cause de sa foi protestante Il naquit à Strasbourg en 1620 d'une famille immigrée de Saint­Nicolas-de-Port en Lorraine. Grâce à son talent, son intelligence et son habileté dans les affaires, Dietrich devint ammeister en 1660 et joua un rôle prépondérant dans la politique strasbour­geoise. Quand Strasbourg se vit de plus en plus menacé dans son indépendance (septembre 1681), Dietrich dut se rendre à la tête de la députation strasbourgeoise auprès du général Montclar et du ministre Louvois. L'ammeister sut encore obtenir de bonnes conditions, mais dut accepter la capitulation. Dans les années suivantes, Dietrich, protestant convaincu, résista à toutes les sollicitations du roi de France et resta inébranlable dans sa foi. Aussi fut-il exilé à Guéret (dans la Creuse) en 1685, puis après un retour en 1688, à Vesoul. Autorisé finalement à revenir à Strasbourg, il resta prisonnier dans sa maison, ne pouvant voir que les membres de sa famille ; il s'éteignit en 1694.

 

 

de DIETRICH Jean (1719-1795)

Industriel

né à Strasbourg en 1719, s'adonna à l'étude de la minéralogie et des mines. Il fut le créateur de l'établissement métallurgique de Niederbronn avec plusieurs usines, hauts-fourneaux, forges et laminoirs. Il acquit une partie des seigneuries de Niederbronn, Oberbronn, Reichshoffen avec toutes ses dépendances (1761) et, un peu plus tard, la seigneurie du Ban de la Roche (1771). Le roi de France l'anoblit en 1761. Il mourut en 1795.



 

 

de DIETRICH Philippe-Frédéric (1748-1793)

 

Industriel et homme politique

né en 1748, fils du précédant, né à Strasbourg en 1748, s'occupa activement de métallurgie et de métaux ; en 1780, il entra à l'Académie des Sciences et se lia avec les encyclopédistes. Il publia une Description des gîtes de minerai, forges salines, verrières de la Haute et Basse-Alsace (1789). Le grand patriote et idéaliste est à mettre au premier plan. Devenu maire de Strasbourg en 1790, il organisa la grande fête de la Fédération des provinces de l'Est à Strasbourg (juin 1790) ; il se trouvait alors à l'apogée de sa popularité. Maire de Strasbourg de 1790 à 1792, il est à l'origine de notre hymne national, "La Marseillaise". Le Baron de Dietrich tenait salon. Parmi les habitués, le capitaine Rouget de Lisle, affecté au bataillon "Les enfants de la Patrie". Le 25 avril, un courrier annonce la déclaration de guerre faite cinq jours plus tôt au roi de Bohème et de Hongrie. Selon la légende, le baron aurait demandé au capitaine : «Monsieur de Lisle, trouvez un beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l'appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la Nation». Autre habitué de ce salon, le maître de chapelle de la cathédrale, Ignace Pleyel qui avait déjà collaboré avec Rouget de Lisle et qui serait le véritable compositeur de l'hymne. 

C'est le baron lui-même, qui avait, paraît-il, une assez jolie voix, qui l'interpréta pour la première fois, accompagné au clavecin par la baronne. Soupçonné de protéger des prêtres réfractaires et accusé d'avoir manifesté son opposition à l'insurrection du 10 août 1792 (prise des Tuileries et arrestation de la famille royale), il comparaît devant le tribunal de Besançon qui l'acquitte. Mais, sous la pression de Robespierre qui voit en lui en dangereux conspirateur, il est transféré à Paris et rejugé. Condamné à mort par le tribunal révolutionnaire, il sera guillotiné le 29 décembre 1793. Le 23 août 1795, après la chute de Robespierre, il est réhabilité par la Convention Nationale.



 

de DIETRICH Albert-Maximilien-Frédéric (1802-1888)

Industriel

né en 1802, il remonta l'entreprise familiale. Grand travailleur, habile et énergique, et dirigea avec compétence et succès les forges et usines de Niederbronn, Jaegerthal, Reichshoffen, Mouterhouse. Il oeuvra en outre considérablement dans le domaine social, créant des caisses de maladie et d'invalidité, s'occupant des veuves et des orphelins ; il resta à Niederbronn après 1870 et y mourut en 1888.

 

 

DITTERLIN Wendelin (1551-1599)

Peintre et illustrateur

né en 1551 à Pfullendorf, travailla surtout à Strasbourg. Il créa d'innombrables ornements de la Renaissance, décora de nombreuses maisons patriciennes de Strasbourg, le nouvel hôtel de ville de 1585, l'aile Renaisance de l'Oeuvre Notre-Dame. Mort à Strasbourg en 1599, il a laissé son Architectura, avec plus de 200 planches gravées, comprenant des éléments Renaissance les plus compliqués (en 2 volumes, parus en 1593 et 1594).



 

 

 

DOLLFUSS Jean-Henri (1724-1802)

Industriel et peintre

était un des trois fondateurs de l'industrie mulhousienne en 1746. Peintre industriel de valeur, il fournissait surtout les dessins pour les indiennes qui firent la notoriété de son usine..





 

DOLLFUSS Daniel Dollfus-Ausset (du nom de sa femme), (1797-1870)

Industriel,

né en 1797, étudia la physique et la chimie à Paris, mais dut prendre à 19 ans la direction de la fabrique de toiles peintes sous la raison sociale Dollfus-Mieg, fondée en 1800 (filature de coton et fabrique de fil à coudre nommé D.M.0 à partir de 1841). Grâce à son savoir et à son esprit inventif, il y introduisit à partir de 1820 de nombreux perfectionnements. Il fut également un des membres fondateurs de la Société Industrielle en 1825. Dans la deuxième partie de sa vie, disposant de plus de loisirs, il devint un grand savant, un glaciologue. Il fit de nombreuses observations et études sur les glaciers, établit des observatoires météorologiques et publia en seize volumes ses Matériaux pour l'étude des glaciers. Il mourut en 1870.

 

 

DOLLFUSS Charles-Emile (1805-1858)

Industriel,

Son frère né en 1805, mort en 1858, directeur actif et entreprenant dans la même maison Dollfus­-Mieg, président de la Société Industrielle dès 1834, se fit un nom comme promoteur d'oeuvres sociales pour les ouvriers et comme fondateur d'une première caisse de secours pour ouvriers malades.

 

DOLLFUSS Jean (1800-1887)

Industriel,

l'autre frère, lui aussi directeur dans la maison Dollfus-Mieg, en fit de même. En 1852, il constitua la Société des cités ouvrières pour la construction de maisons saines et pratiques qui se construisirent à une cadence accélérée, parmi elles les « Cités ouvrières » à Dornach où les ouvriers pouvaient acheter des logements ou des maisons. Jean Dollfus dota ces nouveaux quartiers de bains, de lavoirs publics, d'une salle d'asile, d'une caisse d'épargne et de prêt, d'une caisse de retraite pour ouvriers. Maire de Mulhouse en 1863, il poursuivit sa politique sociale ; après 1870, il devint député au Reichstag allemand et mourut en 1887.



 

DORE Paul Gustave Louis Christophe (1832-1883)

Dessinateur et illustrateur

né à Strasbourg en 1832, était un génie précoce du dessin. Il avait dix ans, quand ses parents quittèrent l'Alsace, mais le pays avec ses forêts et ses ruines de châteaux forts avait exercé une grande influence sur le garçon. Sans avoir eu de maître, il pratiqua le dessin avec une fécondité extraordinaire dans le sens du romantisme le plus pur. D'une imagination prodigieuse et exubérante, d'une verve intarissable, il illustra d'une foule de dessins de grandes oeuvres de la littérature mondiale : l'Enfer de Dante, Rabelais, les Contes drolatiques de Balzac, les Aventures du baron de Münchhausen, les Contes de Perrault, Don Quichotte, la Bible (1866), créant des milliers de compositions. Mort dans la force de l'âge en 1883, il est à considérer comme un des plus grands dessinateurs de tous les temps.

 

DORE Joseph (1936-?)  

Religieux

Après des études à Ancenis, il entre au Séminaire de Nantes et, le 21 décembre 1961, est ordonné prêtre pour le diocèse de Nantes. L'année suivante, il est admis dans la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Après une année à l’Institut catholique de Paris, il part une année à Rome d’où il revient docteur en théologie. À compter de cette époque, il suit régulièrement des cours en Allemagne, notamment ceux du professeur Joseph Ratzinger, le futur pape Benoît XVI. Pendant six ans, de 1965 à 1971, il est directeur et professeur au Grand Séminaire de Nantes où il enseigne la théologie fondamentale. En 1971, il est nommé directeur au Séminaire des Carmes, séminaire de l’Institut catholique de Paris et devient professeur à la faculté de théologie du même institut dont il sera le doyen de 1988 à 1994. Il y enseigne la christologie mais aussi la théologie des religions et favorise, durant son rectorat, la création de l’Institut des Arts sacrés devenu, depuis, Institut Supérieur de théologie des arts. Il est ensuite directeur du Département de la Recherche de l’Institut catholique de Paris de 1994 à 1997. Depuis 1991, il est membre de l’Académie internationale des sciences religieuses à Bruxelles qu’il préside de 1993 à 1999. De 1992 à 1997, il est membre de la Commission théologique internationale sous la présidence du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Joseph Ratzinger et, toujours au Vatican, il est membre du Commission historique et théologique du Grand Jubilé de l’an 2000 à partir de 1995. Il est nommé archevêque de Strasbourg le 2 septembre 1997 et ordonné à la cathédrale le 23 novembre 1997 des mains de Charles-Amarin Brand, d’Emile Marcus, archevêque de Toulouse, et de Walter Kasper évêque de Rottenburg-Stuttgart et futur cardinal et président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens. Il est membre de la Commission doctrinale de la Conférence des évêques de France de 1997 à 2003 et, de 2004 à 2006 du Conseil permanent de la même Conférence. Il est consulteur puis membre du Conseil pontifical de la Culture depuis 1988. Il démissionne pour raison de santé le 25 août 2006. Il reste administrateur apostolique de l'archidiocèse de Strasbourg jusqu'au 21 avril 2007. Il fait officiellement ses adieux au diocèse le 1er avril 2007. Le 21 avril 2007, Benoît XVI nomme à sa suite Jean-Pierre Grallet. En 2009, il reçoit le Prix du Cardinal Grente pour son œuvre. Il est Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres et Commandeur de l’Ordre national de la Légion d’honneur. Sa devise: "A cause de Jésus"

 

 

 

(Page suivante)

Photo de Claude HEYM

 

Notre devise:

 

Conserver le passé,

dans le présent,

pour pouvoir le transmettre

au futur

 

 

Pour nous trouver

 

 

Association

Le Vieil Erstein

Un rund um's Kanton

 

Adresse

1, Place de l'

Hôtel de Ville

67150 - Erstein

 

06 86 56 40 68

 

 

Association

pour la préservation

et la conservation

du patrimoine culturel

et traditionnel

d' Erstein

 

.

Devenir membre

Vous souhaitez

devenir membre ?

C'est très simple : utilisez

notre formulaire de contact

pour obtenir davantage

d'informations. 

Nous serions ravis de pouvoir

vous souhaiter très bientôt

la bienvenue dans notre

association.

Nous vous attendons

avec impatience !

 

 

Ce site a été créé le

1er novembre 2012

par son webmestre

et propriétaire

Jean Louis Eschbach

 

 

 

déja

visiteurs

 

 

 

 

Communiqués

 

L'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2016 a eu lieu le

17 Mars 2017

à 20hoo

à la Salle Hanfroest

(près du stade)

 

Nous avons un nouveau Président

Guy HANSEN

 

 

 

ooOoo

 

 

Participation aux

Journées Européennes du Patrimoine

les 16 et 17 Septembre 2017

à Erstein

 

 

ooOoo

 

 

 

L'association a le plaisir de vous révéler qu'au courant de l'année 2017 elle va éditer un livre qui fait suite et finalise notre exposition "Mémoires du mondre agricole  d'Erstein" de 2014.

 

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de ce projet et de la probable souscription qui va être annoncée et lancée lors de  notre AG.

 

La date de parution est prévue pour les journées du patrimoine

 

 

 

ooOoo

 

 

Projets de la

nouvelle équipe

 

 

Un projet d'exposition à l'Etapenstall est à l'étude pour la saison 2018-2019 Le thème serait en relation avec la conception de la maison à colombage

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de refonte de notre site internet est en cours de réflexion et débouchera sur une nouvelle proposition au courant  2018

 

 

ooOoo

 

 

Un projet de permanence mensuelle est à l'étude dans le but de rendre notre équipe dirigeante plus proche de la base et, par la même, de créer une nouvelle synergie.

 

 

ooOoo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Stop limite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Vieil Erstein - Ersteiner Flecken